Partager cet article :

La « maison commune » en marche pour la Région.
La liste LAREM, MODEM, AGIR, Territoires de progrès a été rendue publique dès hier, lundi 17 mai, jour ultime de dépôt des candidatures aux régionales. Sans surprise, c’est le jeune collaborateur forézien d’eurodéputés, Quentin Bataillon, par ailleurs conseiller municipal à Feurs, qui conduira la liste. Ironie du sort, c’est le maire LR de cette ville qui conduira la liste Wauquiez dans la Loire. En deuxième place, on trouve le nom de Christelle Créac’h, chef de service au CHU de Saint-Etienne, suivie de David Kauffer, délégué départemental En marche et maire de Saint-Romain-les-Atheux. Ancienne maire socialiste de Roanne, Laure Déroche, aujourd’hui permanente à l’association nationale des élus marcheurs, est cinquième.

La sixième place revient à André Mounier du parti AGIR, ancien président de l’association des assureurs et surtout de la CCI de Saint-Etienne. Jean-Paul Tissot, maire de Veauchette est aussi en bonne place. En queue de peloton, on trouve le nom d’Alain Berthéas, ancien patron de Sigvaris et ancien président de Loire-Forez Agglomération.

La Région avec toutes ses forces pour la Loire.
C’est l’appellation officielle de la liste de Laurent Wauquiez dans la Loire. Celui-ci a choisi hier de la présenter dans l’entreprise OBUT de Saint-Bonnet-le-Château bien connue des pétanqueurs. Comme prévu, la tête de liste revient à Jean-Pierre Taite, maire de Feurs et vice-président régional à l’agriculture. Suivent Dino Cinieri, conseiller spécial du président, le centriste Emmanuel Mandon, Nicole Peycelon, le chef d’entreprise montbrisonnais Jacques Blanchet, ancien président régional de la fédération du bâtiment, le Stéphanois Samy Kéfi-Jérôme, ancien patron du MODEM Loire.

On notera le départ annoncé depuis des mois de Marie-Camille Rey, déjà exclue de la municipalité stéphanoise et l’arrivée de Aline Mouseghian , représentante de la communauté arménienne, de Gérard Aubret, président de la fédération de chasse de la Loire. Dans les postes non éligibles mais symboliques, on trouve beaucoup de maires de petites communes comme Cleppé, Veauche, Sury, Estivareilles. Et en avant-dernière position, Lionel Boucher, patron de l’UDI Loire dont la formation est totalement absente des départementales.

Quand Lyon et Saint-Etienne bossent ensemble.
Longtemps, les deux voisins se sont tournés le dos et pas seulement dans les compétitions sportives. On se souvient des rapports compliqués entre Gaël Perdriau et Gérard Collomb. Le président vert de la métropole lyonnaise, Bruno Bernard, fils d’un parlementaire socialiste, et Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, ont signé hier 17 mai, la création d’un fonds commun de pré-industrialisation de 80 à 100 millions d’euros selon le site spécialisé Lyon Entreprendre. Les deux
métropoles créent cet outil commun pour booster l’économie de la grand agglomération. De son côté, la Région a déjà lancé son fonds souverain pour soutenir l’économie.