Partager cet article :

Déjà vu !
C’est le titre accrocheur d’une originale exposition que le musée d’art moderne et contemporain nous propose jusqu’au 22 août prochain en cette période bien pluvieuse.  Cette exposition insolite s’intéresse aux objets du quotidien qui ont constitué notre univers domestique des années 20 au début de ce siècle.

Le visiteur y trouvera surtout des meubles, des outils, des ustensiles de cuisine qui ont tenté de marier esthétique et ergonomie. Au total, 300 pièces ont été sélectionnées par les commissaires qui mettent en avant le travail de designers internationaux qui ont travaillé pour de grandes marques comme SEB ou pour dessiner les premiers ordinateurs du vingtième siècle ou encore des postes de radio. Parallèlement, le musée abrite aussi une exposition de l’artiste émirati de Sharjah, Hassan Sharif que certains comparent à Klee.

Quand Charlie Hebdo parle de Saint-Chamond.
L’hebdomadaire satirique et son site internet viennent de publier un long article sur l’épisode de la la suspension de l’imam de la grande mosquée de Saint-Chamond suite à un prêche repris sur les réseaux sociaux et jugé discriminatoire envers les femmes. Dans un long article, le journal, qui a payé cher sa liberté d’expression,  met l’accent sur un communiqué de presse des deux élus municipaux saint-chamonais EELV. En préambule, des élus affirment que « la laïcité n’est pas négociable ».

L’hebdomadaire rappelle la chronologie des faits et déplore que ce soit le RN et la droite qui soulève certaines questions et non les partis de gauche. Le journal souligne aussi ironiquement les nombreuses fautes contenues dans le texte des écologistes.  La presse française n’est pas la seule à évoquer l’incident.

Celui-ci fait l’objet d’un communiqué de presse en français publié par l’IAPC, l’agence internationale de la presse coranique basée à Téhéran. Cette s’interroge ainsi : « A-ton le droit d’empêcher un imam de s’exprimer » ? Saint-Chamond se serait sans doute passé de cette communication ?