Partager cet article :

Quand le Pilat relance le textile.
Le parc naturel régional du Pilat lance un projet de renouveau du textile dans la vallée du Dorlay qui dispose déjà d’un musée de la tresse et lacets. Ce projet vise à faire revivre le textile à travers un atelier partagé susceptible d’accueillir plusieurs artisans créateurs. Pour cela, les initiateurs ont lancé un financement participatif visant à collecter 12000 euros d’ici le 18 juillet.

Si tout va bien, l’atelier partagé pourrait ouvrir ses portes en septembre 2021. Plusieurs artisans venus d’ailleurs sont intéressés y compris une jeune parisienne. Le futur atelier , qui compte une quarantaine d’adhérents dans son association de soutien, vise à décrocher un pôle d’excellence.

2 Plan de relance métropolitain.
Dans le contexte de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques et sociales, Saint-Etienne Métropole s’est dotée d’un plan de relance de 320 millions d’euros pour aider les communes. Ce plan sera valable jusqu’au 31 décembre 2023 et il est plafonné à trois millions par commune qui complète l’investissement métropolitain. Plusieurs communes sont déjà dans le processus comme Châteauneuf dont la maire, Bernard Laget, nouveau conseiller départemental, porte un projet de micro crèche. A Doizieux, la municipalité travaille à un sentier piétonnier sécurisé. Saint-Maurice-en-Gourgois veut installer un terrain synthétique de football, un projet qui interpelle les élus écologistes métropolitains. Saint-Nizier-de-Fornas travaille à la construction d’une salle d’animation et d’un espace socio-culturel.

3 Gérard Tardy raconte sa guerre d’Algérie.
Gérard Tardy, le maire DVD de Lorette, est passionné d’écriture. Ses éditoriaux dans son magazine municipal, sont toujours très longs. Dans son bulletin estival, le très prolixe élu publie une tribune de deux pages sur la guerre d’Algérie et ses conséquences sur les relations franco-algériennes. Au lieu d’une repentance française, l’auteur aimerait que le gouvernement algérien envoie des remerciements à la France pour les équipements dont elle a hérité. Gérard Tardy en profite pour saluer les harkis et les rapatriés, « victimes de la trahison ». Un tel texte pourrait susciter des polémiques.