Terrenoire va faire peau neuve

La principale annonce attendue depuis fort longtemps a concerné le transfert et la rénovation du centre social du quartier qui quittera ses locaux vétustes.

Le scandale du « Picasso des églises ».
Pour ce nouveau scandale de pédophilie, c’est l’Eglise catholique , avec les diocèses de Lyon, Saint-Etienne et Roanne, qui a pris les devants, pour débattre publiquement des agissements pédophiles de l’abbé Ribes qui a sévi durant de nombreuses années en profitant de son statut d’artistes peintres dont les oeuvres ornent plusieurs églises et chapelles de toute la région.

Monseigneur Bataille, évêque de Saint-Etienne, a animé à Grammond, village du prêtre décédé, une réunion publique au cours de laquelle des victimes, hommes et femmes, se sont exprimées. Louis Ribes fait partie des plus de 3000 prêtes identifiés lors des travaux d’une commission spéciale réunie l’an dernier. Comme dans d’autres affaires d’agression sexuelle, la loi du silence cède la place à la parole.

Des petits déjeuners dans plusieurs maternelles de Saint-Chamond.
Depuis le lundi 10 janvier, des classes maternelles de quatre écoles de Saint-Chamond bénéficient durant neuf semaines d’un petit déjeuner servi gratuitement. Ce temps d’ouverture de la journée est complété par un travail pédagogique sur l’alimentation. Le service est assuré par la municipalité qui avait déjà expérimenté cette action lors de la précédente année scolaire.D’autres communes ligériennes ont mené des expériences semblables dans un souci de réduction des inégalités.

Terrenoire va disposer d’un vrai centre social.
L’ancienne commune minière de Terrenoire, fusionnée avec Saint-Etienne, est un quartier qui compte aujourd’hui 7000 habitants qui ont conservé leur spécificité. Dans le cadre des réunions de quartiers organisées régulièrement par la municipalité, un échange distanciel vient d’avoir lieu avec les habitants intéressés.

La principale annonce attendue depuis fort longtemps a concerné le transfert et la rénovation du centre social du quartier qui quittera ses locaux vétustes. Son installation à la maison des associations mobilise un budget de 2,5 millions d’euros. Au cours de la réunion, il a aussi été question des déconstructions et de quelques constructions.

Une grande partie de l’échange a été constituée de plaintes d’habitants face à la dégradation continue de la sécurité sur le quartier.

photo le Progres

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com