SEM : Le président Perdriau va affronter une nouvelle tempête…

Un conseil métropolitain animé.
Le conseil métropolitain du 8 décembre 2022 entrera peut-être dans les annales de l’histoire politique locale. Plusieurs questions et voeux embarrassants pour le président de la Métropole vont occuper une partie des travaux. Dans un texte commun, quatre maires communistes dont deux vice-présidents rappellent que Gaël Perdriau vient de subir une première condamnation juridique qui consiste à verser 9000 euros en frais de justice à Médiapart.

Ces élus précisent que c’est la première fois depuis 1881 qu’une telle attaque est menée contre la liberté de la presse. Ils concluent en déplorant « une confiance altérée » et considèrent que « le maintien du président dans ses fonctions est impossible ».

Ramona Gonzalez-Grail, maire de la Talaudière constate « une attaque abjecte contre le président de région et la perte de toute légitimité ». « S’il lui reste un soupçon de dignité, il doit se retirer ».

Défense de la liberté de la presse. La demande de Gaël Perdriau d’une censure préalable d’un article de Médiapart est une première brèche contre la loi de 1881 et la liberté de la presse. Plusieurs élus métropolitains souhaitent un additif à cette loi.
Morale et éthique; Dans son vœu, le doyen des maires, Gérard Tardy, maire de Lorette, estime que plusieurs élus demandent le départ du président. Il demande que le licenciement du directeur de cabinet soit motivé par une faute grave. Tout en respectant la présomption d’innocence, il demande la démission du président.
Le conseil métropolitain se réunit aujourd’hui à 14h30 au musée d’art moderne.

Perdriau Gate. Suite du feuilleton.
Le scandale de la sextape stéphanoise continue à motiver la presse nationale. Alors que le nom de Gaël Perdriau a échauffé les esprits des animateurs des Grandes Gueules de RMC, la journaliste politique de RTL, Alba Ventura, a sévèrement tancé le premier magistrat stéphanois.
Son confrère, Yves Calvi, a rappelé qu’il n’est pas obligé de démissionner.
Un nouvel élu sort du silence. Le député MODEM de la Loire, Emmanuel Mandon, a récemment été l’invité de France Bleu Saint-Etienne.

La radio l’a interviewé sur la future loi sur l’immigration  ainsi que sur le scandale de la sextape. Le député centriste fait partie des 25 signataires demandant la démission de Gaël Perdriau « pour ne pas rentrer dans un pourrissement ». « Cette affaire délétère a déjà beaucoup trop duré ». Sur les dix parlementaires ligériens, seul Quentin Bataillon garde le silence.
Pour le président départemental de l’UDI, « c’est le chant du cygne qui est en train de se jouer là lors du conseil métropolitain ».
Perdriau face à la presse. Alors que la presse a été invitée au dernier moment du maintien du conseil métropolitain, le président Perdriau a reçu plusieurs journalistes. Devant nos confrères, il déplore l’acharnement politique de Laurent Wauquiez, se posant en victime. Il a évoqué des échanges entre MM Artigues et Wauquiez . Il déclare n’être pour rien « ni organisateur ni commanditaire de la vidéo ».