Saint-Etienne, le Maire BIS est remercié

Sextape stéphanoise : Un premier fusible saute.

Ce mardi 20 septembre entrera dans l’histoire locale comme une journée chaude dans un climat. Trois événements d’ampleur diverses ont marqué ce jour  de fortes tensions.

D’abord, nous eûmes la confirmation de la suppression du séminaire de rentrée des élus qui devait se dérouler, comme l’an dernier, dans un hôtel de Privas. Plus tard, nous apprîmes la suppression de la journée des maires de la Foire programmée le lendemain d’un conseil municipal qui s’annonce chaud. Cette année, de nombreux maires de tout le département avaient fait savoir qu’il bouderait cette réunion traditionnelle. Pour éviter un bide, le cabinet a passé la journée au téléphone pour prévenir les maires de l’annulation particulièrement appréciée de M. Perdriau.

Mais l’événement du jour intervient en fin de journée après diverses rumeurs comme la démission du maire. Un bref communiqué annonce la mise à l’écart du directeur de cabinet, Pierre Gauttieri, dans un souci de « transparence ». Plus tôt dans la journée, les syndicats CFTC, FO, CFDT et UNSA de la ville et de la métropole avaient demandé par communiqué des « sanctions disciplinaires » contre le dircab. Tout le monde a en tête les propos ignobles diffusés sur Médiapart. Des excuses télévisuelles ont suivi mais accompagnées de propos indignes sur Gilles Artigues.

En mairie comme à la métropole, Pierre Gauttieri était détesté. A l’intercommunalité, il avait obtenu le départ d’un directeur de cabinet en la personne de David Rigault, aujourd’hui au cabinet de Laurent Wauquiez. Gauttieri était surnommé le maire bis. Ce qui n’était pas très judicieux car, en fait, c’est lui qui dirigeait tout.

Le résultat est la fuite des cadres territoriaux et les postes non pourvus et une image déplorable de la ville et de son agglomération chez les cadres territoriaux. Nul doute que la parole va se libérer et que d’autres dysfonctionnements vont émerger.
Monsieur Perdriau,  droit dans ses bottes, veut poursuivre sa mission. Le conseil municipal du lundi 26 septembre sera une nouvelle épreuve risquée. le roi sera nu et en première ligne. La gauche et les syndicats se mobilisent et les troupes du roi se réduisent à la petite association Mon parti Saint-Etienne..

Des réactions.
Au conseil municipal de Firminy, on est au moins d’accord sur un point : celui du retrait du président de la Métropole
Sur le plan social, les cantonniers CGT de la ville entendent poursuivre la grève durant plusieurs jours alors que la ville est devenue un cloaque avec le non ramassage des poubelles.

Le patron de la CGT de la ville, en plus de revendications professionnelles, demande le retrait du maire. Pour beaucoup d’employés, le départ du dir cab doit être définitif. Ils estiment que ce cadre grassement payé doit être licencié sans indemnité. « Ce départ en appelle d’autres à commencer par le maire ».

Sous le titre « Bon débarras », l’ancien député Régis Juanico, estime qu’il était temps de voir partir de personnage. Pour lui, personne ne regrettera « le départ de ce sinistre personnage responsable de multiples forfaits en huit ans ». Quant au maire, il devrait en tirer rapidement la leçon.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com