Saint-Etienne doit tourner la page Perdriau, une demande d’EELV

Les propos de Gaël Perdriau révélés par Mediapart ce mercredi 30 novembre sont d’une gravité et d’une vulgarité inédites pour un élu de son rang : maire d’une grande ville, président de métropole, ancien vice-président de l’association des maires de France et des Républicains. Alors qu’il cherche à se faire passer pour la victime de cette affaire à rebondissements qui dure depuis des semaines, Gaël Perdriau apparaît désormais aux yeux des Stéphanois et des Français dans sa vérité la plus sordide : celle d’un barbouze de la politique sans foi ni loi, agressif, vulgaire et homophobe.

Politiquement et moralement, il n’est désormais plus possible pour lui de se cacher derrière le temps de l’instruction judiciaire. Gaël Perdriau a reconnu avoir tenu les propos rapportés par Mediapart. Des propos tenus dans son bureau de maire, en présence de ses deux principaux collaborateurs à la mairie : son directeur de cabinet et son premier adjoint. Et l’objet de la discussion ne portait pas sur leurs prochaines vacances mais sur des enjeux politiques, liés à leurs fonctions, et plus précisément à leur attitude vis à vis d’un partenaire essentiel de la ville et de la métropole : le président de la région Auvergne Rhône Alpes. 

De plus, rappelons que la révélation de ces propos intervient après la publication de ceux de son directeur de cabinet, tout aussi vulgaires, agressifs et homophobes, et que ce dernier a lui aussi authentifiés.

Il ne s’agit donc pas ici de fantasmes, de montage sonore ou de complot généralisé comme Gaël Perdriau tend à le faire croire pour sa défense. Il est ici question de faits reconnus par leurs auteurs, qui engagent leur responsabilité morale, pour le moins, et qui salissent profondément la réputation d’une ville et de ses habitants.

Le scandale public est encore plus tragique lorsque l’on voit la majorité des adjoints de Gaël Perdriau le soutenir sans aucune retenue et sans aucune honte. A l’exemple de son premier adjoint qui enchaîne les déclarations d’allégeance, qui oscillent entre l’absurde et le ridicule, et qui semble dépossédé de tout jugement personnel. Cette garde rapprochée du maire ressemble de plus en plus à un groupuscule sectaire fasciné par son gourou et prêt à le suivre jusqu’au suicide politique collectif.

Tous ces enchaînements d’événements sordides tant pour Saint-Etienne que pour la morale publique appellent des décisions à la hauteur de la situation.


Afin de tourner définitivement cette page qui restera comme la plus honteuse de l’histoire récente de Saint-Etienne, afin de ne plus alimenter la rubrique « faits-divers » des médias, afin de redonner à notre ville sa dignité et son élan, Europe Écologie Les Verts demande instamment la démission de Gaël Perdriau et de sa majorité ainsi que le licenciement pour faute grave de Pierre Gauttieri de la fonction publique. Il est en effet inadmissible que le directeur de cabinet de Gaël Perdriau puisse toucher 20 000 euros d’indemnités de licenciement comme cela a été annoncé lors du dernier conseil municipal. Il serait incompréhensible et intolérable que les Stéphanoises et les Stéphanois, dont beaucoup ont des fins de mois très difficiles, puissent verser le moindre centime à cette personne qui a aussi gravement nui à leur ville. Europe Écologie Les Verts fera tout pour que cela ne puisse arriver.

Ces mesures qu’Europe Écologie Les Verts demande, relèvent d’une morale publique élémentaire. Il en va de la dignité de la fonction d’élu et de l’honneur de notre ville.

Europe Écologie Les Verts St-Etienne-Ondaine-Forez-Pilat

communiqué du 3 décembre 2022