« Saint-Etienne capitale de la calomnie  » ?

Médiapart : levée de la censure. La classe politique horrifiée.
C’est une nouvelle vague médiatique, de France-Antilles au Monde, en passant par TF1 et France 3 qui a suivi, hier 30 novembre, la levée de la censure de Médiapart. Une fois encore, Gaël Perdriau a bénéficié d’une couverture de presse exceptionnelle.

Au début de son article, Médiapart a cette phrase d’introduction : »Saint-Etienne n’est pas qu’une ville de chantage. C’est aussi une capitale de la calomnie « .

L’article revient ensuite sur la première révélation du chantage à la vie intime, le 26 août. Pour sa part, l’article du 30 novembre révèle des propos inadmissibles à l’encontre du président de Région, Laurent Wauquiez, traité de pédocriminel. Le maire de Saint-Etienne se pose aussi en victime de Gilles Artigues, en inversant les rôles.
Sollicitée par Gaël Perdriau, la censure de Médiapart a indigné l’ensemble de la presse et de ses syndicats et associations. Dans la suite de l’article, plusieurs anciens collaborateurs du maire décrivent le climat pesant de l’hôtel de ville et les méthodes  de gouvernance lamentables.

Dans le Progrès de ce jour, le maire de Saint-Chamond, Hervé Reynaud, évoque le manque de confiance constamment manifestée par G. Perdriau vis-à-vis de ses collègues.
La même question revient : pendant encore combien de temps, le maire va mettre en avant son innocence et son prétendu dévouement pour la ville. Dans un communiqué, l’ancien député Régis Juanico interpelle la majorité municipale. Pendant combien de temps encore va-t-elle restée complice de telles infamies ?

Morceaux choisies des réactions :
Eric Ciotti : « Lorsque l’on est élu, il y a une devoir de dignité à respecter. Or, Gaël Perdriau est incapable d’avoir cette dignité ».
Bruno Retailleau : »Il salit l’honneur de Saint-Etienne, la grandeur du mandat de maire et la politique en général ».
Aurélien Pradié : « S’il reste un peu d’honneur personnel et politique à Gaël Perdriau, qu’il quitte dans l’heure ses fonctions électives ! »

Olivier Longeon : « La majorité municipale ne peut cautionner de tels propos. C’est tout un système de gestion qui apparaît à ce jour ».
Isabelle Dumestre et Pierrick Courbon : « Des propos paranoïaques et un comportement maladif d’un homme coutumier des attaques en dessous de la ceinture ».
Lionel Boucher et Denis Chambe : « Nous assurons Laurent Wauquiez et sa famille de notre soutien. Ces nouvelles révélations s’ajoutent aux agissements de Gaël Perdriau ».
Johann Cesa : « Un personnage grossier, homophobe, paranoïaque, manipulateur »

Hervé Reynaud, candidat aux sénatoriales.
Lundi 5 décembre au Coteau, le maire de Saint-Chamond présentera sa candidature au côté de deux de ses colistiers, Clotilde Robin et Olivier Joly et en présence de plusieurs personnalités politiques locales dont Georges Ziegler, président du Département.