Partager cet article :

Projet de plateforme logistique à Andrézieux-Bouthéon : l’étonnant revirement de Gaël Perdriau

Nous découvrons aujourd’hui dans la presse avec beaucoup d’étonnement le revirement du Président de Saint-Etienne Métropole concernant le projet d’implantation d’une plateforme logistique sur la commune d’Andrézieux-Bouthéon.

Gaël Perdriau fait mine de découvrir aujourd’hui que ce projet concerne de la logistique pure, alors qu’il était bien présenté comme tel depuis le début. Cela témoigne, a minima, d’un amateurisme certain et d’une grande légèreté dans le pilotage de ce dossier.

Le Président de Saint-Etienne Métropole reproche ainsi au porteur de projet d’avoir « avancé masqué ». Si les choses étaient si peu claires, sur quelles bases concrètes, a-t-il pu communiquer largement, et sans la moindre précaution, sur la création de « 400 à 500 emplois » en juin 2020 ? Sa communication à outrance, à quelques jours du second tour des élections municipales, sur une création massive d’emplois sur notre territoire, n’était-elle donc qu’une de ces promesses électorales, faite sans la moindre garantie ?

Nous avions alerté l’assemblée de Saint-Etienne Métropole, par le biais d’un vœu présenté au conseil métropolitain du 4 décembre 2020 sur la nécessité de mieux encadrer le développement des grands entrepôts logistiques (voir ci-joint), en pleine explosion, avec l’essor sans précédent du e-commerce. Nous rappelions notamment que ce type d’activité était peu créateur d’emplois – bien moins que les commerces traditionnels – et avait « un impact majeur en matière d’étalement urbain ». Notre vœu proposait ainsi un « moratoire de deux ans sur les permis de construire accordés pour la construction des grands entrepôts logistiques », qui aurait ainsi entravé le projet d’Axtom à Andrézieux.

Gaël Perdriau s’étant absenté, c’est le premier vice-président Hervé Reynaud qui avait pris la parole pour faire rejeter ce vœu au motif que ces emplois et activités étaient toujours bonne à prendre et que, si SEM ne les accueillait pas, ces entrepôts iraient bénéficier à d’autres territoires.

Il semblerait que les arguments développés par Gaël Perdriau aujourd’hui rejoignent donc ceux que nous développions en décembre dernier. Autant de temps perdu pour le développement économique de notre territoire…