Partager cet article :

Feu le « dîner de cons » !
Cet épisode de communication consécutif à un dîner élyséen à l’occasion du congrès annuel de l’association des maires de France est à ranger aux oubliettes. Il y a quelques jours encore, Régis Juanico, peu suspect de sympathie élyséenne, avait conseillé à Gaël Perdriau de cesser d’interpeller sans cesse et en vain toutes les minutes car ceci nuisait à l’image du territoire. Ce genre d’interventions pourraient appartenir au passé.

Dans sa rubrique Figaro ci Figaro là, le quotidien national publie un article sous le titre « rencontre secrète entre Bruno Bonnell et Gaël Perdriau » Cette rencontre de 90 minutes s’est déroulée le 21 mai très tôt en mairie de Saint-Etienne à l’occasion de la venue du député marcheur et chef de file LREM aux régionales. La rencontre est qualifiée de « cordiale » et les deux hommes auraient dressé « un diagnostic politique commun ».

Dans la foulée, le bruit a couru d’une adhésion du maire de Saint-Etienne à un des partis de la majorité présidentielle. Pour l’instant, l’élu est toujours vice-président des LR et candidat à la candidature pour l’élection présidentielle. Comment va maintenant réagir sa famille politique ?

Firminy, ville amie des enfants.
L’association nationale, « les Papillons » lutte contre les violences faites aux enfants en disposant des boîtes de doléances dans des lieux publics fréquentées par les enfants comme les écoles, les clubs de sports, les centres sociaux, les péri-scolaires…

Le but est de favoriser la libération de la parole des enfants sur les faits de maltraitance qui se multiplient sur les réseaux sociaux et concrètement dans les rues ou les cours d’écoles. Grâce à un accord avec le judo club de Firminy, une telle boîte aux lettres a été installée dans le dojo fréquenté par de nombreux enfants.

Tous les quinze jours, des bénévoles appelous passent lever le courrier et essaient de trouver des règlements à l’amiable dans un premier temps.
La municipalité de Julien Luya soutient cette initiative. En France, chaque année, 700 000 enfants sont victimes de violence dans l’espace scolaire.

Jean-Claude Tissot soutient les demandes des commerces textiles.
Dans un courrier adressé au ministre des finances, Bruno Le Maire, attire l’attention sur les sort des commerces de prêt à porter qui ont été très touchés par la crise sanitaire et par la présence de stocks élevés de vêtements invendus, tant pour des raisons de mode que de fermeture des commerces. Saisi par la Fédération nationale de l’habillement, le parlementaire ligérien  demande à Bercy un décalage du début de remboursement des PGE, les prêts garantis par l’Etat, le regroupement des dettes sociales, la prise en charge des loyers. Le Ligérien demande à revoir éventuellement les dates des soldes d’été.