Quand Firminy va honorer ses célébrités, Roanne et ses viticulteurs expédient un peu de terroir à Joe Biden

Cette idée de la majorité municipale de Julien Luya a été adoptée à l'unanimité même si l'élue communiste, Anne-Sophie Putot aurait aimé que le maire soutienne son idée de création d'un comité d'éthique.

Firminy veut honorer ses célébrités.
Cette idée de la majorité municipale de Julien Luya a été adoptée à l’unanimité même si l’élue communiste, Anne-Sophie Putot aurait aimé que le maire soutienne son idée de création d’un comité d’éthique.
Dans la capitale de l’Ondaine, les débats en conseil municipal sont souvent houleux en raison de la présence de Marc Petit, dont la condamnation pour agression sexuelle accroit les tensions. La nouvelle commission des hommages publics comprend sept membres de la majorité et deux de l’opposition. Elle devra distinguer des personnalités locales et nationales qui ont contribué à l’attractivité de la commune. Ses membres s’attacheront aussi à féminiser des noms de rue.

Le Roannais soigne Joe Biden.
Au début du mois, Roannais agglomération et l’association des viticulteurs du Roannais ont expédié au nouveau président américain une caisse de six bouteilles. Celle-ci était accompagnée d’un courrier demandant au nouvel hôte de la Maison Blanche de revenir sur l’augmentation des taxes sur des produits français. Plus récemment, c’est le collectif pacifiste « 88% » qui vient d’envoyer une lettre au premier Américain pour le féliciter de réduire les ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Une démarche qui intervient au moment où l’usine d’armement Nexter du Roannais vend des canons Caesar à cette même Arabie Saoudite.

Les Verts demandent des conseils municipaux stéphanois plus respectueux.
La minorité verte du conseil municipal stéphanois, conduite par Olivier Longeon, s’est confiée au média en ligne, Actu.fr. Ces élus d’opposition dressent un bilan sévère des deux derniers conseils municipaux stéphanois et de l’unique conseil métropolitain. Dans ces conseils, le maire est souvent le seul à s’exprimer pour la majorité municipale. Et, quand il le fait, c’est souvent pour agresser les oppositions. Successivement, il a mis en cause l’opposant François Boyer puis les militants de l’association Eau citoyenne. Bien commun.
A chaque fois les opposants sont caricaturés. Tout le contraire de l’humanisme de façade arborée par le maire dans sa récente tribune politique du Monde sur la société fragmentée. En conclusion, Olivier Longeon demande des conseils municipaux apaisés.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com