Plus dure sera la chute…Gaël Perdriau est mort politiquement

Sextape stéphanoise. 12 septembre 2022 : le jour où Perdriau est mort politiquement.
Depuis fin août et le premier article de Médiapart, le maire de Saint-Etienne a tout essayé pour se présenter comme une victime. A chacune des ses ripostes, il s’est enfoncé. Parfois, ses arguments ont atteint des sommets de ridicule comme sa prétendue candidature à la présidence des LR dont il ne connaissait même pas la date.

Dans la foulée des déclarations de son adjoint aux écoles, Samy Kefi Jérôme, Mediapart a publié, le lundi 12 septembre, une nouvelle série d’enregistrements audio. Les derniers doutes sont tombés sur l’implication du duo maire-directeur de cabinet. La vulgarité des propos de ces deux personnalités, leur violence sont littéralement glaçantes et révélatrices.

Cette simple phrase résume tout :’je fonctionne comme un criminel. Je n’ai ni foi ni loi« . Il est difficile de justifier de tels propos.

Dans la foulée, le Progrès a publié sur le net un premier article suivi par d’autres supports locaux et nationaux. Très vite, les élus socialistes et communistes puis les Verts ont publié des communiqués.
On y parle « d’une situation ubuesque, d’un dramatique échec de la majorité municipale ». Le patron du PS 42, Johann Cesa Juge « les propos « abjects et dignes de la mafia « Le conseiller départemental, Régis Juanico a pris connaissance des nouvelles révélations. Pour lui, le trio Perdriau-Gauttieri- SKJ ne peut rester en place. Il parle de « méthodes de voyous » et dénonce « le management par la terreur du duo infernal qui doit cesser immédiatement.

Pour Régis Juanico, s’il le maire ne démissionne pas, il appartient au conseil des ministres de le démettre de ses fonctions. L’ancien maire socialiste, Maurice Vincent, a pris du recul pour s’exprimer. Il parle de propos d’une « gravité considérable qui vont au-delà de l’abjection ». « S’il lui reste une once d’honneur, il doit démissionner immédiatement »..

Dans la famille politique du maire, Bruno Retailleau, président des sénateurs LR et candidat à la présidence du parti « demande l’exclusion immédiate du parti LR pour le maire de Saint-Etienne qu’il n’aura pas à affronter en décembre prochain lors de l’élection interne au parti. Rachida Dati est aussi très sévère. Les députés Dino Cinieri et Jean-Pierre Taite demandent, dans un communiqué, sa mise en retrait.
Dino Cinieri ajoute : « Je suis furieux. Je ne pouvais pas imaginer de quelle violence , Gaël Perdriau et son équipe de barbouzes étaient capables. On a affaire à des voyous »

La majorité municipale s’est réunie hier . Elle est enfin sortie du silence et a dénoncé « des propos ignobles ». A suivre! Pour Saint-Etienne Métropole, Hervé Reynaud et Denis Barriol demandent au président Perdriau de s’expliquer
On laissera la conclusion provisoire à l’ancienne ministre Cécile Duflot : « T’as beau avoir le coeur bien accroché et en avoir vu d’autres, ce qu’a fait le maire de Saint-Etienne est dingue ».

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com