Mediapart : qui a tué le débat public ?

Mediapart et Premières Lignes présentent leur documentaire le jeudi 14 avril au Ciné Chaplin

Il y a ce que vous voyez, ce que certains souhaitent que vous voyiez, et ce que vous ne voyez pas. Jamais la France n’a connu une telle concentration des médias privés, neuf milliardaires, détiennent plus de 90% des grands médias en France télévisions, radios, journaux. Certains utilisent leurs médias pour défendre leurs intérêts privés, au détriment de l’information d’intérêt public.

En cachant ce qui est essentiel, en grossissant ce qui est accessoire, ces médias façonnent, orientent, hystérisent pour certains le débat. Les grands perdants sont les citoyens.

Entre influence et agenda politique de moins en moins caché, avec la complicité de certains responsables politiques, qui s’en accommodent volontiers, quand ils n’exercent pas eux-mêmes des pressions.

Les journalistes de MEDIAPART et de PREMIERES LIGNES s’associent pour décortiquer ce que l’on voit trop – l’extrême-droitisation du débat où les faits n’ont plus la moindre importance – et révéler des censures ou des auto-censures dans les grands médias. Des journalistes témoignent de pressions pour empêcher l’information du public. Une enquête racontée comme un polar pour répondre à une énigme : qui a tué le débat public ?

Jeudi 14 avril à 19h30, séance au Ciné Chaplin de Rive-de-Gier, en présence de Mathilde Goanec, journaliste de Mediapart

« Nous avons pensé ce documentaire d’enquête comme un film d’intervention grand public, réalisé dans des délais très courts dans le contexte doublement particulier de la campagne présidentielle et celui de l’accélération de la concentration des médias. Nous souhaitons interpeller les citoyens sur ce sujet majeur. La sortie est accompagnée de nombreuses projections-débats dans toute la France avec les équipes de Mediapart, de Premières Lignes, ainsi que des médias indépendants nationaux et locaux.
Il ne s’agit pas d’un film de cinéma, mais sa place est au cinéma. Pour débattre de ce sujet d’intérêt général ».

Luc Hermann et Valentine Oberti

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com