Partager cet article :

Bientôt un hommage à Yusufa.
Yusufa est le prénom de ce jeune Gambien du quartier stéphanois de la Métare littéralement lynché par une dizaine d’individus en bas des immeubles de la rue Colette. Comme de nombreux quartiers stéphanois, le quartier est gangrené par les incivilités et les violences. En ce moment, trois des agresseurs sont entendus par la police. La vidéo glaçante, qui circule sur les réseaux sociaux, est très nette et montre une dizaine d’individus qui se succèdent pour frapper un homme à terre.

De nombreux bruits circulent dans la ville sur le motif qui aurait déclenché un tel meurtre. S’agit-il d’un conflit entre dealers ou d’une bagarre entre communautés ou d’une agression raciste ?
D’ailleurs, plusieurs associations antiracistes organisent samedi une marche blanche au départ de la rue Colette. Très discrète jusqu’à ce jour, le presse commence à parler de l’événement. Le Progrès de ce jour évoque même l’origine arménienne de certains agresseurs.

Echos de campagne.
Après une visite de la maison d’arrêt de la Talaudière, Marine Le Pen se rendra jeudi à Saint-Chamond pour son unique déplacement en Loire de cette campagne électorale. La présidente du RN recevra les militants locaux dont Isabelle Surply, conseillère régionale candidate aux départementales avant de donner une conférence de presse. Les militants historiques du RN, Sophie Robert, Charles Perrot et Gabriel de Peyrecave ont été écartés de toutes listes.

De son côté, Hervé Reynaud, maire de Saint-Chamond et candidat aux départementales, prend ses distances avec son parti LR, en pleine crise existentielle. Dans sa déclaration de candidature, le vice-président du Département aux finances, se présente ainsi : »au-delà des partis politiques et de leurs  postures partisanes, nous formons une équipe soudée ». Dans le Roannais, le binôme de droite pour les départementales, Jade Petit et Daniel Pérez affichent la couleur « Union pour la Loire ». Le duo entend développer la vidéoprotection en proximité des collèges et équiper les collégiens de tablettes.

L’hypothèse Wauquiez grandit.
Si les élections départementales sont totalement ignorées de la grande presse, il n’en est pas de même pour les régionales. Pour les sondeurs et pour la presse nationale, cette élection est perçue comme un prélude aux présidentielles de l’an prochain. Trois paramètres sont mis en avant : l’affaissement d’une gauche éclatée et sans leader hormis Jean-Luc Mélenchon, la crise identitaire des LR et la progression du RN.

A droite, les observateurs lorgnent du côté de Xavier Bertrand, de Valérie Pécresse. Ces deux-là sont plus ou moins en double campagne contrairement à Laurent Wauquiez qui ne se disperse pas et met en avant la sécurité. Et, ça paye : le président de la région AURA vient de faire un bond de cinq points entre deux sondages alors que, peu ou prou, ses adversaires restent stables.

Et, l’ancien ministre est de plus en plus présenté comme un éventuel candidat naturel d’un parti LR déchiré entre la majorité présidentielle et le RN. Les résultats des régionales seront décisifs pour l’échéance élyséenne de 2022.