Partager cet article :

Une agence du logement interdépartementale.
Lors du mandat électoral qui s’achève, les départements voisins de Loire et Haute-Loire devaient se rapprocher et mutualiser des
services. Le bilan reste assez mince au-delà du symbole à l’exception de quelques petits projets routiers et culturels et de coopération entre pompiers.

A deux mois des élections départementales, les présidents Ziegler et Marcon viennent toutefois de saluer la naissance de l’ADIL Loire-Haute-Loire. . L’agence départementale d’information logement rayonnera sur les deux départements voisins. Sa naissance a été validée par l’instance nationale, ANIL. La nouvelle structure associative regroupe des acteurs publics et privés dans le but d’informer gratuitement et en toute neutralité des citoyens en recherche de précision sur les aspects juridiques, fonciers, fiscaux
et financiers de leur projet immobilier. Les renseignements peuvent être communiqués par téléphone ou physiquement dans le local de l’ADlL ou lors d’un salon de l’immobilier.

Une bonne nouvelle au moment où l’immobilier est boosté par la crise sanitaire.

Le Mouvement européen ne baisse pas les bras.
Au moment où la crise sanitaire continue à affecter une grande partie de l’union européenne et où celle-ci est mise en cause dans la gestion de la logistique vaccinale, le mouvement européen Loire, qui comprend aussi une section de jeunes, ne baisse pas les bras. Le numéro onze de son bulletin mensuel vient de sortir alors que nous approchons de la présidence française de l’Union et de nos élections présidentielles.

Sans surprise, Colette Modion signe un éditorial consacré à l’Europe de la santé à l’heure de la Covid. Deux membres de la section « jeunes » signent un article sur le Brexit. A lire aussi un intéressant dossier sur les femmes et la construction européenne avec Louise Weiss, Angela Merkel et bien sûr Simone Veil. D’autres articles sont consacrés à la contestée chasse à glue, à l’ENISE et à une copieuse bibliographie.

Régis Juanico vent debout contre la politique sanitaire de l’Etat.
Tout commence par une mise en cause du chef de l’Etat. Le député stéphanois Génération S ne mâche pas ses mots dans un communiqué consacré à cet acte trois du confinement. Le mot d’échec revient pour commenter la stratégie vaccinale des autorités avec notamment le manque de doses.

Le parlementaire parle d’un pari audacieux et d’un manque de décisions courageuses. Il rappelle que la Loire affiche un taux d’incidence élevé et en tendance haussière. Il constate que la fermeture des écoles est un casse-tête pour de nombreuses familles.
Bref un constat sévère même si la vaccination devrait adopter un autre rythme dès cette semaine.