Partager cet article :

L’opposition se délite à Villars.
Il faut remonter aux municipales de l’an dernier avec le ralliement d’un élu historique de gauche à la majorité municipale. Pour compléter le tout, la liste de gauche, malgré un travail et une présence réels a enregistré un score en baisse par rapport au précédent scrutin. Il faut dire que la crise sanitaire a, dans l’ensemble, favorisé la réélection des sortants. Déçu de ce score, le leader du groupe de gauche, Xavier Valette, a vite laissé la place à son second, Nicolas Peyrard. Cet architecte très motivé par les questions de rénovation urbaine vient de jeter l’éponge, épuisé par les multiples réunions dans lesquelles il avait l’impression de ne faire que de la
figuration.

Dans la Loire, il n’est pas le seul opposant à renoncer. A Roche-la-Molière, l’ancien premier adjoint socialiste a démissionné dès le second tour.

Manifestations anti-pass. Stabilité et tendance à la baisse.
Ce samedi 4 septembre marquait le huitième jour de mobilisation des anti-pass. Dans l’ensemble du pays, on a noté une légère baisse de fréquentation. La fin des vacances d’été et la rentrée y sont sans doute pour beaucoup. Dans le même temps, même si le rythme ne satisfait pas le gouvernement, la vaccination progresse et la motivation s’émousse.

C’est un peu le traditionnel combat des manifestants bruyants et de la majorité silencieuse. A Saint-Etienne, malgré une tentative avortée d’une poignée d’anarchistes de détourner le cours des marcheurs, le cortège s’est rendu de la place du Bicentenaire à celle de la Préfecture, symbole du pouvoir. A Roanne et au Puy, ils étaient quelques centaines et seulement 65 à Chazelles-sur-Lyon qui essaie de jouer dans la cours des grands.

Hommage international à Belleroche.
Ce n’est pas tous les jours que la petite commune roannaise de Belleroche reçoit un ministre israélien et la sous-préfète de l’arrondissement. Ce 2 septembre, la commune a été le cadre de la cérémonie de remise du titre de « Juste parmi les nations » à Maryse Provedi, à titre posthume, pour ses parents, Jean-Eugène et Jeanne Veaux, qui ont sauvé la vie de Chana Rabinovic.

Les deux sénateurs et de nombreux élus locaux assistaient à cet hommage rendu par le comité Yad Vashem. Les noms des deux habitants seront ensuite gravés sur le mémorial des Justes à Jérusalem. Des discours ont été prononcés, des textes lus et des chansons interprétés ainsi que les deux hymnes nationaux.