Magali Butny, votre artiste photographe

Magali était infirmière dans une vie antérieur, comme beaucoup de Français depuis quelques années, elle a fait un Burn out (épuisement professionnel comme un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail).

Aujourd’hui photographe, elle a réalisé un documentaire photographique sur la vie en EHPAD, qu’elle présente sur le salon Défi Autonomie, avec de magnifiques clichés.

Avant d’être photographe à part entière,  pendant 17 longues années elle était donc infirmière. Travaillant dans des services très spécialisés comme la réanimation, les urgences. Des services lourds et intenses qui rendent encore plus compte de la fragilité de la vie. Ce gros burn out, à mis fin à ce métier médical qui était sa vocation pour prendre le risque de ne vivre que de son métier passion. (Un risque modéré puisque pendant 10 ans elle avait eu la double activité, et que ça marchait plutôt bien pour elle).

Lancée à corps perdu dans sa nouvelle entreprise, mais à l’aube de la crise Covid, son mari a été débauché et ils ont  du tout recommencer dans une nouvelle région.  Repartir à zéro, se reconstruire une clientèle… ouvrir un nouveau studio dans un contexte plus que difficile. Ça n’a pas été chose simple, il a fallu rebondir et ouvrir son horizon photographique.

Formée à 95 % seule, en testant sur tout et n’importe quoi. Magali fait également fait la formation « Sublimez la mariée » de Amélie Soubrié et Agnès Colombo, mais aussi une formation nouveau-né auprès de Magali Tinti.

Son point fort :  avoir réussi à créer son univers. A l’heure actuelle on voit beaucoup d’images qui se ressemblent sur les réseaux, il est important de savoir se démarquer en y amenant sa propre touche.

Son point faible  » la confiance en soi », elle n’est  jamais satisfaite. L’avantage c’est aussi que ça l’a fait avancer, à son rythme et mais pas à pas elle se sens évoluer. La remise en question est la clef de la réussite.

Elle travail ses photos avec le canon 5d mark4 et le canon R5, « j’aime les focales fixes j’ai un 85 et 50mn de chez Sigma. De plus en plus j’utilise mon 24-70 en reportage, cela me permet de sortir de mon univers du portrait et ainsi élargir mon champ d’action« .

Le projet « Ma vie en EHPAD » on est venu me chercher. Par le passé j’avais couvert pendant 2 années consécutives « Le défi sénior autonomie », 2 jours de séminaires et d’atelier visant faire connaitre des innovations pour faciliter la vie des personnes âgées et de leurs accompagnants. Au fil de ses 2 expériences j’ai pu me construire un réseau en distribuant mes cartes de visite et en expliquant mon parcours.

Le bouche à oreille allié à mon expérience de professionnel de santé avec une petite touche de karma a fait le reste.

Le groupe AESIO santé Drôme Ardèche qui dirigent plusieurs établissements dédiées aux personnes agées souhaitait laisser une trace. Après des mois très difficiles au sein des Ehpad avec énormément de pertes humaines, ils ont eu envie de témoigner de ce moment de vie qui avait été éprouvant pour les résidents et pour toutes les personnes qui travaillent autour des personnes agées.

En effet depuis plus d’un an la vie de ses personnes tournent autour de ces mots :  Confinés, dépistés, isolés, sectorisés, menacés, vaccinés. . .C’est hommage à tous le personnel qui avait été si présent pendant cette période, mais aussi à tous les résidents qui n’avait pas baissé les bras.

Pour la petite histoire je n ‘ai pas résisté a lui demander « un portrait à l’arrache » de votre serviteur….

http://mag-passion-photographie.com

rencontre du 8 novembre 2021.

 

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com