Loire : on s’énerve déjà pour les législatives

Le coup de sang de François Rochebloine.
Alors que la décision du conseil national des LR pour les législatives de juin prochain dans la Loire vient de tomber avec une seule
circonscription concédée à l’UDI, une voix discordante vient de se faire entendre. Le parti LR a choisit d’adouber le premier adjoint stéphanois, ancien député, Gilles Artigues, dans la première circonscription.

Il y a plusieurs mois, dans la presse quotidienne, Lionel Boucher, président de l’UDI Loire , avait réclamé quatre circonscriptions sur six que compte la Loire. Dans cette liste, il fallait compter avec le souhait de l’ancien député François Rochebloine, de voir son poulain Emmanuel Mandon lui succéder après une parenthèse LREM.

Le député honoraire de 77 ans aux six mandats réaffirme la vocation centriste de la troisième circonscription. Il va jusqu’à dire que les autres partis n’ont pas encore désigné de candidats. Ce qui est faux. Dans cette même circonscription, on compte déjà trois candidats, tous âgés de moins de trente ans. François Rochebloine demande le report du candidat aux législatives après le
deuxième tour de la présidentielle. A cette date, les LR auront peut-être implosé et l’UDI aura peut-être rallié la majorité présidentielle.

Législatives.
Pour juin prochain, le PCF Loire privilégie l’union des gauches. Le patron du PC de la Loire, Christophe Faverjon, vient de confirmer que le PCF a déjà entrepris des négociations avec les autres partis de gauche. Le PS Loire a déjà annoncé des négociations identiques.

 

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com