Partager cet article :

Le patronat lyonnais surpris.
L’hebdomadaire national, le Point, publie un article sur la réaction du patronat lyonnais après la signature d’un accord entre les métropoles de Lyon et Saint-Etienne pour les création d’un fonds d’amorçage disposant d’un budget de 80 à 100 millions d’euros. Ce qui surprend surtout les patrons lyonnais, c’est l’accord entre une collectivité gérée par les Verts et une autre part le parti LR.

L’hebdo a interrogé le président de Saint-Etienne Métropole , Gaël Perdriau, qui répond : »quand les décisions sont bonnes pour les territoires, elles doivent dépasser les orientations politiques ». Le plus surprenant dans cette alliance, c’est que, dans le même temps, la métropole lyonnaise a décidé de ne pas renouveler la subvention de 70 000 euros qu’elle accordait à la French Tech One Lyon Saint-Etienne.

Fin de campagne.
Depuis cette nuit, à minuit, la campagne officielle pour les élections locales est terminée. Pour les départementales ligériennes, le président de l’Union pour la Loire, Georges Ziegler, malgré l’absence d’accord avec l’UDI, est confiant en la victoire de la droite et du centre.

Des binômes sont présents dans les 21 cantons. La gauche réunie sous la bannière « la Loire en commun », n’est pas présente dans tous les cantons. Elle pourrait gagner quelques sièges mais ne sera pas en état de prendre le pouvoir. Le RN compte sur ses bons scores de 2015 pour créer des surprises ici ou là.

Et En marche n’a rien à perdre en testant des candidats dans quatre cantons. L’abstention risque d’être le vrai vainqueur de l ‘échéance. Gaël Perdriau, qui n’a pas ménagé ses soutiens aux binômes stéphanois, publie un communiqué où il se démarque du RN, se réclame du général de Gaulle et de Philippe Séguin . Vice-président LR, il réclame l’exclusion des LR qui négocieraient avec le RN.

Quant au binôme de gauche du canton Saint-Etienne 4 Villars, il fait la promo d’une cartographie en QR code sur le canton, sa géographie, sa démographie, ses déplacements.

Saint Chamond renforce son image universitaire.
La capitale du Gier dispose depuis trois ans d’une grande école d’infirmiers rattachée à l’université Jean Monnet . La ville poursuit son développement en matière d’enseignement supérieur avec l’annonce par le lycée Sainte-Marie de l’ouverture à la rentrée de septembre d’un BTS en alternance pour former des techniciens de production automatisée.

Une quinzaine d’entreprises sont déjà prêtes à accueillir des apprentis du lycée privé. L’établissement de la route du Coin possède déjà un BTS « bois et habitat ».