Partager cet article :

Les loyers les moins chers de France sont à Saint-Etienne.
Depuis des années, Saint-Etienne arbore le titre de ville la moins chère de France en matière immobilière. Les comparaisons pleuvent dans la presse nationale. Pour le prix d’un minuscule studio parisien ont peut acheter un appartement immense en plein centre ville de Saint-Etienne.

Autre point positif : le prix bas de l’immobilier stéphanois attirent quelques acquéreurs et investisseurs lyonnais.
Tout récemment, le site se loger. com nous révèle une baisse de 1,4% des loyers stéphanois sur un an. Le prix moyen d’une location stéphanoise se situe autour de 487 euros. Dans le même temps, l’INSEE observe une montée constante du taux de pauvreté dans la préfecture de la Loire comme le montre un article de IF Saint-Etienne. (2 fois que l’on site IF pas sur de la réciprocité)

Echos de campagne.
Sur le canton de l’Etrat, le document de campagne de l’Union pour la Loire (majorité départementale) comprend une photo de François Rochebloine, ancien député, président de l’amicale des anciens conseillers généraux. Dans le Gier, cette même UPL a publié un communiqué de presse sans ambiguïté pour dire que le seul binôme validé sur la canton de Rive-de-Gier est celui de Séverine Reynaud et Bernard Laget . Par déduction, le binôme Barriol Dotto est donc dissident malgré le fait que Denis Barriol, démissionnaire de l’UDI se réclame d’Hervé Reynaud, vice-président du département. Quant à Séverine Reynaud, après les agressions à Rive-de-Gier d’un brigadier de police et d’un collégien, elle demande au maire communiste, Vincent Bony de s’attaquer aux questions de sécurité.

La tension monte aussi sur le canton de Jean-François Barnier.. S’il a réussi sa transition municipale, l’ancien cadre de Casino est dénoncé pour « machisme » par son ancienne collègue, Alexandra Custodio. Le candidat Barnier s’est vu imposer sans enthousiasme Pascale Lacour comme partenaire. Verdict dans quinze jours.

Wauquiez, Perdriau et le RN.
Le Monde du 4 juin dernier publie un grand article sur Laurent Wauquiez alors qu’un sondage montre que près d’un tiers des électeurs LR sont prêts à voter Le Pen. L’article revient sur la dernière séance du conseil régional au cours de laquelle le président Wauquiez a rendu un vibrant hommage au président du groupe RN, le Ligérien Charles Perrot, qui ne se représente pas.

Le propos est net : « Nous partageons la volonté de redressement de notre pays. Je suis convaincu que cela peut commencer dans notre région ». De son côté, Gaël Perdriau, candidat potentiel à la présidentielle a écrit, sur sa page Facebook, son désaveu complet du RN au moment même où le Figaro rendait publique sa rencontre avec un ponte de la Macronie.

Dans ce même article du 4 juin, le Monde écrit : « L’avance de Laurent Wauquiez dans les sondages le met à l’abri du risque d’implosion que subit le parti LR dans d’autres régions ». Toujours, très logique, Gaël Perdriau vient de se fendre d’un appel à voter Wauquiez. Laissons la conclusion à Brice Hortefeux : »Notre parti n’a pas de coureur pour porter notre maillot ».