Les élus d’opposition stéphanois craignent le « tous pourris »

Communiqué commun du groupe « Saint-Etienne Demain » et du groupe « Communiste » suite aux révélations de MEDIAPART. 

Depuis plus de deux semaines désormais, notre Ville se trouve embourbée dans l’affaire du chantage à la vidéo intime qui incrimine directement plusieurs élus de la majorité municipale, dont le Maire.
Nous saluons la mobilisation citoyenne grandissante de Stéphanois atterrés par la gravité des révélations et abasourdis par la « théorie du complot » désormais développée par le Maire.

Nous saluons aussi les développements judiciaires rapides de cette affaire qui, nous l’espérons, permettront de faire le plus rapidement possible toute la lumière sur les responsabilités des uns et des autres, en particulier concernant le volet financier de l’affaire.
Ainsi, nous rappelons la demande, formulée par l’opposition municipale, que la Ville se constitue partie civile dans le cadre d’un possible détournement de fonds.

A ce jour, et alors que nous venons de recevoir l’ordre du jour du prochain Conseil municipal, nous constatons à regret qu’une telle délibération ne figure pas parmi les points inscrits. Notre demande n’a d’ailleurs reçu ni réponse, ni simple accusé de réception. Nous le déplorons vigoureusement et enjoignons une fois encore nos collègues de la majorité à soutenir cette démarche qui n’a qu’un seul but : défendre les intérêts des contribuables stéphanois possiblement lésés.

Qui peut décemment s’y opposer ?
Alors que la date du Conseil municipal approche et que ses travaux préparatoires débutent cette semaine (commissions…), tout semble indiquer que l’exécutif municipal entend conduire les débats « comme si de rien n’était ». Pour nous, ce n’est ni acceptable, ni concevable. Comment imaginer des débats sereins et constructifs en présence d’élus d’un même groupe visés par des plaintes réciproques ?

Cette situation ubuesque constitue pour nous un dramatique échec de la majorité municipale. C’est pourquoi nous demandons donc que les principaux mis en cause, M. Perdriau, M. Kefi-Jérome ainsi que le directeur de cabinet M. Gauttieri se mettent en retrait afin que les travaux du conseil municipal et la gestion des affaires de la ville puissent se poursuivre dans de bonnes conditions.

Au vu des nouvelles révélations de ce jour, cette mise en retrait nous apparait désormais inéluctable.
Si la majorité municipale refusait ces demandes, elle se rendrait coupable d’alimenter le sentiment du « tous pourris » qui fait le terreau de l’extrême droite et de l’abstention. Il s’agirait là d’une faute morale et politique grave.

Les élu·es « vert » à la ville de Saint-Etienne et à Saint-Etienne Métropole demandent à Gaël Perdriau, Samy Kéfi-Jérôme et Pierre Gauttieri de se suspendre de leurs fonctions

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com