Partager cet article :

L’enseignement supérieur progresse à Roanne.
Dès son élection à la présidence de l’université Jean Monnet, Florent Pigeon a ouvert le chantier de la fusion de l’Institut universitaire de Roanne et du Campus universitaire de Roanne. Dès cette rentrée, trois écoles supérieures devraient ouvrir leurs portes dans la sous-préfecture du nord du Département.

Il s’agit de l’école d’esthétique Darfeuille, de Roanne Sup et du CNAM, le conservatoire national des arts et métiers.  L’école Darfeuille, qui forme aux métiers d ela coiffure et de l’esthétique, compte déjà 45 inscrits et les formera au CAP, au brevet professionnel ou au bac pro. Cette école se veut complémentaire du CFA, le centre de formation d’apprentis. Roanne Sup proposera, dès cette rentrée, un premier BTS, brevet de technicien supérieur, de « digitalisation de la relation client ».

Quant au CNAM, il ouvrira en octobre une première formation en lien avec Pôle Emploi. L’antenne roannaise est prête à accueillir de 60 à 802 apprentis. Un projet d’antenne du CNAM est aussi à l’étude à Montbrison.

Un projet de résidence sociale à Rive de Gier.
Lors du dernier conseil municipal de la commune, l’association ANEF Loire a présenté un projet de création d’une résidence susceptible d’héberger des personnes en situation sociale précaire qui ont de grandes difficultés à accéder au logement. La mairie communiste est prête à aider ces personnes en grande précarité.

l’association ANEF construit et gère des « maisons relais » pour des personnes peu autonomes. Dans ces équipements, une maîtresse/hôte assure l’encadrement des occupants. Une astreinte est aussi assurée 24 heures sur 24. La résidence ripagérienne, si elle voit le jour, comportait une vingtaine de logements sur 2000 mètres 2. De l’aveu de la mairie, la recherche d’un foncier ne sera pas une mince affaire.

Des écoles en rénovation durant l’été.
En plein centre ville, le groupe scolaire Lamartine connaît un gros chantier d’extension de son école maternelle. Dans l’école primaire,
ce sont les huisseries qui ont été changées pour des raisons phoniques et thermiques. Au Chambon-Feugerolles, c’est l’école Jean Jaurès qui vient de connaître un grand chantier estival sous la houlette du premier adjoint, Henri Bouthéon. La totalité des peintures et des parties communes ont été reprises dans un souci de clarté.

Cette école construite en 1930 a reçu aussi un nouvel éclairage led, plus économique. La cour de récréation a reçu un nouvel enrobé et a été enrichi d’une pergola végétalisée. Une haie végétale va doubler le mur d’enceinte et des jeux vont être installés. L’école avait été agrandie en 1962.