Le jeune stéphanois Corentin Chouvelon remporte la première Yotta XPS

Sur le format XPS, en tête dès 4 premières boucles, le Stéphanois Corentin Chouvelon, 24 ans, s’est logiquement imposé en finale, une semaine après avoir pris la 5e place des Championnats de France longue distance de triathlon, à VICHY ce 23 JUILLET 2022. Dans la course féminine, Pauline Gonon, seule à franchir le cut de la quatrième boucle, et donc à pouvoir repartir pour l’ultime tour, a elle aussi inscrit son nom sur la première ligne du palmarès.

La première édition de cette épreuve au format unique a séduit même au-delà des espérances. Dans l’ère d’arrivée, Sacha Rosenthal, PDG du Groupe XEFI et créateur de l’épreuve et Gaël Mainard, directeur de course et ancien triathlète de très haut niveau, pouvaient afficher un grand sourire.

Sur la YOTTA XPS (individuel et relais), la boucle est réduite à 500 m de natation et 4 km de course à pied et les départs sont donnés toutes les 40 minutes. La première boucle à effacer en mois de 40′ puis 5 minutes de moins à chaque tour. Les compteurs sont remis à zéro au départ de la 5e boucle.

Les deux Français Pierre Le Corre et Margot Garabedian ont remporté, samedi, à Vichy (Allier), la première édition de la YOTTA XP. Sur un format complètement inédit avec un enchaînement natation et course à pied à répéter cinq fois dans des délais de plus en plus courts, tous les athlètes ont vécu une expérience que tous, à l’unanimité, ont qualifié « d’exceptionnelle ».

Champion du monde de relais mixte et récent vainqueur de l’Ironman 70.3 des Sables d’Olonne, Pierre Le Corre a tenu son rang de favori.

. À 26 ans, Margot Garebedian, championne du monde d’aquathlon en novembre dernier, inscrit son nom sur la première ligne du palmarès de la YOTTA XP

. Corentin Chouvelon et Pauline Gonon les plus rapides sur la YOTTA XPS 

Sur la YOTTA XP, le plus relevé des formats proposés avec une boucle de 1 km de natation et de 8 km de course à pied (voir format ci-dessous), rarement une épreuve avait affiché un plateau d’une telle densité. Des champions du monde, d’Europe, de France, des vainqueurs d’Ironman, d’EmbrunMan, d’épreuves longue distance ou distance olympique ou encore en aquathlon.

Accompagné sur les deux premières boucles par l’Australien Marcel Walkington (AUS), 11e des Championnats du monde WTCS en 2020, Pierre Le Corre, annoncé par beaucoup comme le grand favori, a ensuite imposé un rythme qu’aucun de ses adversaires n’a pu suivre. Parti dans la dernière manche avec 1’36 » d’avance sur l’Australien, le Français qui partira dès demain en altitude préparer les championnats d’Europe distance olympique, n’a jamais été inquiété. À l’arrivée, après avoir nagé 5 km et donc couru 40 km, le sociétaire des Sables Vendée Triathlon franchissait la ligne d’arrivée avec 3’05 » d’avance sur Marcel Walkington, inscrit de dernière minute. Le podium est complété par le Français Etienne Diemunsch, à 5’50 » du vainqueur. « Cette course est une dinguerie », s’est écrié Le Corre à l’arrivée.

Dans la course féminine, Margot Garabedian, championne du monde d’aquathlon, avait choisi de faire la différence dès la première boucle. Avec plus de deux minutes d’avance à l’issue du premier parcours, elle pouvait ensuite contrôler ses adversaires jusqu’à la dernière boucle qu’elle entamait avec une marge de 4’46 » sur la Slovaque Ivana Kuriackova. À 26 ans, la Messine, également habituée des épreuves courte distance avec le maillot de l’équipe de France, l’emporte devant Manon Genet, championne de France et vice-championne du monde longue distance, qui s’est arrachée dans les derniers kilomètres pour combler un retard initial de plus d’une minute sur la Slovaque finalement troisième.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com