Partager cet article :

Le ras le bol des habitants du Grand Pont.
Le Grand Pont est ce quartier de Rive-de-Gier qui se serait bien passé de la médiatisation nationale dont il a été l’objet après la violente agression d’un brigadier de police suite à une fin agitée de de Ramadan. Le policier est aujourd’hui en convalescence et la mairie communiste s’apprête à nommer un second médiateur dans le quartier.

De leur côté, des habitants viennent de constituer un collectif qui vient d’adresser un courrier à la préfète pour l’informer sur les incivilités quotidiennes et de lancer une pétition sur les réseaux sociaux. Rappelons qu’en fin de semaine, le RAID est intervenu sur le quartier et a arrêté plusieurs jeunes gens dont l’un est en détention provisoire.

Anomalies vertes.
Alors que la cheffe de file verte aux régionales entame aujourd’hui une tournée de deux jours dans le département, les candidats verts aux départementales dans le canton de Saint-Chamond diffusent une brochure dans les boîtes aux lettres. Jusque là rien de surprenant dans une campagne électorale. La première surprise apparaît sur la couverture avec l’appartenance politique, « l’écologie pour le Loire » alors qu’en principe les partis de gauche ont constitué une alliance intitulée « La Loire en commun ». Le deuxième motif d’étonnement est que cette brochure, intégralement en quadrichromie, comprend pas moins de seize pages. On imagine le coût d’un tel investissement et on peut se poser la question de la pagination alors qu’un site dédié est annoncé.

La gauche appelle à l’union en sud Loire.
Les sondages nationaux se suivent et se ressemblent. Même unies au second tour, les forces de gauche ont les pires difficultés pour participer au second tour. A moins d’un mois du second tour des élections régionales et départementales et dix mois des présidentielles et un an des législatives, la base prend des initiatives pour alerter et proposer l’union. Des militants ou simples sympathisants viennent de signer un appel à l’union des gauches en sud Loire à l’initiative de trois élus : le député Génération S, Régis Juanico, le conseiller régional socialiste et patron ligérien du parti, Johann Cesa et le maire communiste d’Unieux, vice-président de Métropole, Christophe Faverjon.

Pour ces personnalistes, « la gauche doit se rassembler dans les luttes sociales et écologiques ». La gauche doit se doter d’un programme avant de choisir des candidats. Pour cela, les signataires prônent une sortie de la cinquième république. Les verts et les insoumis ne font pas partie des initiateurs.