Partager cet article :

Crise des LR. Gaël Perdriau prend position.
Depuis des mois maintenant, le parti des LR est à la recherche d’un candidat naturel pour les présidentielles de 2022. Depuis le renoncement de l’ancien journaliste d’Europe 1, François Baroin, de nombreux candidats à la candidature se dévoilent dont le maire de Saint-Etienne mais des primaires ne sont pas encore au programme. Plus récemment, la préparation des élections régionales amène le parti au bord de l’implosion.

Tous les médias insistent sur l’incapacité du parti à exister entre un RN en pointe et la majorité présidentielle.
L’affaire Muselier a révélé les fractures au grand jour et dans d’autres régions, les LR sont pris en étau. Les adhérents désertent.
Ainsi, dans la Loire, en quelques mois, le parti a perdu deux tiers de ses effectifs essentiellement sur Saint-Etienne. Après une photo avec Martine Aubry qu’il a rapidement rejoint à Lille pour le match de foot contre Saint-Etienne, Gaël Perdriau s’est exprimé sur la crise du parti sur son Facebook pour apporter son soutien à MM Muselier et Rottner, tous deux proches de LREM. Le maire y exprime son désaccord avec le RN sans rappeler ses relations détestables avec la Macronie depuis « le dîner de cons ».

A J moins 34 jours des élections locales.
Pour les élections départementales, les binômes sont prêts. La seule nouveauté est le retrait des candidats PRG du scrutin ce qui a pour conséquence de faire du canton de Roche-la-Molière le seul à ne compter que deux binômes: celui de Pierrick Courbon et Arlette Bernard face à Eric Berlivet et Siham Labich.

En ce qui concerne les régionales, toutes les listes seront connues à partir de ce lundi midi, date limite de dépôt des candidatures. Les Listes LO et vertes ont déjà été rendues publiques. A noter que la liste écologiste comprend aussi des membres du parti de Benoît Hamon. La liste des marcheurs sera conduite par Quentin Bataillon et comprendra des élus locaux et des chefs d’entreprise. La liste LR sera conduite par Jean-Pierre Taite et devrait comprendre quelques centristes ralliés avec des éléments Modem dans et en dehors de la majorité sortante.

Un trio veut faire revivre Notre Dame de Saint-Chamond.
Ils sont trois militants, Donatienne Manevy, Paul Privat et Léon Coffy, tous très très engagés depuis des années dans le combat pour la sauvegarde de l’église Notre Dame de Saint-Chamond. Cet édifice religieux emblématique avait donné, à la fin du siècle dernier, des signes de faiblesse qui avaient nécessité la pose d’échafaudages de soutien pour parer à des chutes de pierres.  Des travaux de consolidation et d’étanchéité avaient ensuite été effectués et un des deux clochers de l’église avait été amputé de sa flèche pour raison de sécurité.
Sous la municipalité de gauche de Philippe Kizirian, un référendum municipal avait rejeté toute idée de déconstruction.
Depuis, le bâtiment est fermé au public et la ville et le diocèse sont d’accord pour une désacralisation. Lors d’une réunion de la paroisse, le trio a souhaité créer une association pour créer un projet cultuel et culturel. Un délai de six mois leur a été accordé pour présenter ce projet et un petit bulletin de quatre pages est en cours de diffusion dans la ville.