La mortalité routière en hausse dans la Loire

La mortalité routière en hausse dans la Loire.
Depuis le début de cette année, le nombre d’accidents routiers recensé dans la Loire a bondi de plus de 20%. Une hausse inquiétante quand on connaît la hausse des prix des carburants plutôt favorable au covoiturage ou à l’usage d’autres modes de mobilité.

Selon les forces de l’ordre, la plupart de ces accidents ont pour cause la vitesse, l’alcool ou la consommation de stupéfiants. Avant-hier, 9 juin, la préfecture de la Loire, les policiers et CRS routiers ont mobilisé leurs effectifs sur toute la Loire, de Roanne au sud-Loire. Pas moins de 108 contrôles routiers ont été effectués dont l’un s’est traduit par un refus d’obtempérer vite résolu.

Presque un quart des automobilistes vérifiés ont été verbalisés, ce qui représente presque un quart des conducteurs en  infraction. Cette opération massive avait essentiellement un but de prévention à quelques jours des départs en vacances estivales.

Violence en politique.
Si la campagne des législatives n’a pas heureusement débouché sur des affrontements physiques, le respect des candidats n’est pas toujours respecté. Le parti radical de gauche a vu la quasi-totalité de ses affiches officielles arrachées et à plusieurs reprises. André Friedenberg a déposé plainte pour « dégradation et arrachage des affiches ».

Pour ce vétéran de la politique locale, c’est la première fois qu’il observe un tel phénomène. Quentin Bataillon est un des benjamins du scrutin. Le candidat Renaissance de la première circonscription. Candidat dans la première circonscription de Saint-Etienne, il a vu « ses affiches systématiquement arrachées sur les panneaux officiels ». Lui aussi a déposé plainte . Ce type de délit anonyme entraîne des frais d’imprimerie dont les candidats se passeraient.

Les syndicats d’enseignants s’inquiètent des non remplacements.
Il en est de même dans plusieurs secteurs où il est aujourd’hui difficile de recruter. L’hôtellerie et la restauration ne sont pas seuls à avoir des difficultés d’attractivité et d’embauche. Dans la région parisienne, un job dating vient d’être organisé par l’Éducation nationale pour recruter des enseignants à l’approche de la prochaine rentrée.

On a pu y voir des professionnels de tous âges en recherche de changement.  Dans la Loire, le syndicat SNES-FSU s’inquiète aussi des difficultés à trouver des remplaçants, notamment dans certaines disciplines comme les langues vivantes. Les recrutements actuels concernent surtout des contractuels qui ont eu une formation brève.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com