Julien Borowczyk : je marche à l’instinct

C’est parce que nous avions publiés des infos erronées, que le député LREM de la 6ème circonscription de la Loire, a voulu nous rencontrer et nous redonner sa version concernant son adhésion à Horizons le parti, sans toutefois quitter la République En Marche.

Julien Borowczyk : je marche à l’instinct, j ai beaucoup de respect et d’admiration pour Emmanuel Macron, c’est un garçon formidablement intelligent, au dessus de la mêlée. Très très nettement au dessus de la mêlée, d’ailleurs l’interview qu’il a faite sur TF1 le prouve. Je suis pas sur que Valérie Pécresse est toujours envie qu’il soit candidat…Parce que moi, je serais elle je me ferais beaucoup de soucis.

.

Horizons : Je reste intrinsèquement dans la majorité présidentielle, je reste députe de LREM jusqu’à la fin de mandat parce que c’est un engagement, les gens m’ont élu sur cette étiquette. Je n’en changerai pas, c’est comme ca. Après j’apprécie Edouard Philippe, j ai travaillé avec lui quand il était à Montignon, effectivement le principe de la 5 -ème république fait que l’on est plus proche du 1er ministre que du président de la République.
J’ai apprécié l’homme, le personnage, sa méthode de travail et il est vrai que c’est la suite logique de mon engagement politique que j’avais eu au départ au sein de l’UDF.
.
Si l’on veut vraiment avoir un positionnement très précis, voila pourquoi je suis aujourd’hui Edouard Philippe. Je souhaite lui donner ma confiance, ce qui ne veut pas dire que je supprime, entre guillemets, ma confiance à Emmanuel Macron. C’est une volonté clairement affichée par Edouard Philippe, de faire réélire Emmanuel Macron en 2022. Il a eu la franchise de le dire et clairement, je serais derrière Emmanuel Macron. Il le dit et il le fait donc dont acte. Moi j aime les hommes de paroles.
.
Pour l’instant il n ‘y a pas d’organisation intrinsèque à Horizons, d’ailleurs Horizons ne se structurera pas par circonscriptions, peut-être même pas par département, la question c’est de mettre en avant les élus du territoire, les élus locaux dont Edouard Philippe, bien évidemment les parlementaires mais aussi les citoyens. C’est une structuration finalement assez classique, j apprécie aujourd’hui le fait d appartenir à un parti.
.
Au tout début en 2017, en juillet j ai été un des rare a ne pas voter les statuts « En Marche » parce que j ai toujours dit qu’être un mouvement c’est une catastrophe pour la structuration du mouvement. Comme c’était un mouvement et qu’il n ‘y avait pas la possibilité d’adhérer, nous n ‘avions pas de fichiers, nous ne savons pas si nous sommes à jour des cotisations, on structure donc très mal le mouvement avec des gens qui viennent qui sortent, qui peuvent bien évidement être en marche et adhérer à Horizons.
.
Mais nous voyons bien que sur des élections locales, je pense que cela à joué, dans le fait que nous avons du mal à structurer un électorat et une force de frappe de campagne. Cela n’explique pas tout mais cela à joué. Vous savez moi j’ai été responsable à l’UDF et au Modem du forez, nous avions un fichier avec des gens qui pouvaient voter quand il y avait des décisions à prendre. Je suis content de retrouver cette re structuration, en tant qu’élu, que par et pour les élus, bien évidement Horizons est ouvert à tous les citoyens, mais idéologiquement et structurellement parlant je trouve cela très intéressant de fonctionner comme cela.
.
Elections présidentielles : Pour revenir a la déclaration de candidature du Président, quand ont voit a quel point maintenant depuis presque 5 ans, les oppositions ont systématiquement piétinés la parole présidentielle, même parfois les médias ou les réseaux sociaux, ont piétinés la fonction présidentielle, en la rabaissant plus que jamais en contredisant systématiquement tout. Juste pour des velléités politiques, on le voit encore plus aujourd’hui avec le virus, c’est à dire que l’on est capable de jouer avec la vie des gens juste pour des questions politiques.
Quand on voit ce qui s’est passé depuis 5 ans, quand on sait que l’on est encore en pleine crise du coronavirus, si demain Emmanuel Macron se présente, la le 16 décembre, il quitte inéluctablement sont poste de président et devient candidat. Cela veut dire qu’a partir de demain 17 décembre, jusqu’au élections présidentielles, il ne pourra plus y avoir de crédibilité présidentielle parce que l’on va dire, Non mais c’est le candidat qui parle….Et honnêtement dans la situation actuelle, je ne suis pas sur que cela soit très intéressant.
.
Moi je pense qu’il doit se déclarer assez tardivement, je sais pas s’il y a un moment, peut-être pour le 14 février…une déclaration d’amour à la France. En tout cas vu la situation c’est compliqué d’aller se déclarer maintenant. Finalement ce n’est qu’une question de journaliste, car tout le monde a plus ou moins intégré qu’il serait candidat. Après c’est juste une annonce, est ce que cela va changer beaucoup de choses ?
.

http://www.gillescharles.fr/julien-borowczyk-mon-but-dans-la-vie-cest-pas-detre-depute/

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com