Gaël Perdriau : Comme si de rien n’était !

Gaël Perdriau. Comme si de rien n’était !
Malgré une ambiance délétère, le maire LR de Saint-Etienne multiplie les sorties publiques sur la ville, affichant à chaque fois un sourire radieux et distribuant généreusement claques dans le dos et poignées de mains chaleureuses. Ce fut le cas récemment pour le week-end des associations ou la soirée rugby. A l’occasion de la journée des associations, ce sont 80 photos qui ont été diffusées sur la page Facebook du maire.

Demande de suspension de Gaël Perdriau.
A deux semaines du conseil municipal de Saint-Etienne, les élus verts municipaux et métropolitains viennent d’adresser un courrier au maire et au président de l’intercommunalité. Ils rappellent, en préambule, la gravité des faits qui ont engendré « un sentiment de stupéfaction et de dégoût chez nombre de Stéphanoises et Stéphanois. ». Ils demandent donc à l’élu de suspendre ses fonctions le temps de l’enquête judiciaire. Cette disposition vaut aussi pour MM Gauttieri et Kéfi-Jérôme, respectivement directeur de cabinet et adjoint.

le sordide feuilleton suite…

Le 5 septembre, Médiapart a mis en ligne son émission vidéo gratuite « A l’air libre » sur la chaîne Youtube du média. Le document est toujours consultable gratuitement sur un événement que le média qualifie de « rarissime ». Interrogé, le maire LR de Saint-Etienne parle « d’accusations ignobles » « Son honneur est bafoué ». « Tout est faux ».
Les animateurs de l’émission estiment que, dix jours après l’événement, « les habitants restent abasourdis. Les journalistes interrogent aussi Olivier Longeon et Pierrick Courbon ainsi que Georges Ziegler et le président de l’association Triangle rose.

Tous sont très sévères. Le président du Département affiche « sa stupéfaction et sa désolation » Ce sont ensuite les adjoints et la direction de la communication qui sont sollicités. La plupart des téléphones sonnent dans le vide sauf celui de Nicole Peycelon. On devine que la terreur règne encore dans l’entourage du maire.

Quand Gaël Perdriau se confie à Radio France.
Ceux qui ont entendu, hier 8 septembre, le maire LR de Saint-Etienne s’exprimer sur les ondes de Radio France n’ont pas perdu leur temps.
L’élu commence par une séance d’autosatisfaction : « Je suis investi à Saint-Étienne et en politique depuis 1995. Tout le monde me connait avec une droiture dans la façon de mener les choses, qui est la mienne. Et je suis un homme honnête, loyal ». Il nie ensuite avoir demandé à Gilles Artigues de retirer sa candidature aux législatives de juin. Il ajoute ensuite : »Je suis victime d’une terrible machination ». Et, arrive alors deux révélations: l’élu local aurait refusé un poste ministériel. Plus récemment, il aurait envisagé de se présenter à la présidence des LR alors qu’aucun article de presse n’a évoqué cette hypothèse farfelue.

Pire, le maire avait envisagé de se rapprocher d’Horizons, le parti d’Edouard Philippe avant de reprendre sa cotisation via un virement bancaire effectué auprès du siège parisien des LR. Ce vendredi matin, quatre députés ligériens, trois LR et un MODEM, dénoncent ce stratagème qui ne fait qu’ affaiblir la défense pitoyable du maire. A cette cadence, on va bientôt apprendre qu’il est candidat à l’Elysée pour 2027 !

MERCI DE LIRE ET PARTAGER NOS ARTICLES

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com