Partager cet article :

Le point sur quelques cantons.

Commençons par le canton de Firminy où l’ancien maire communiste Marc Petit, accusé d’agression sexuelle, sera privé de second tour faute de participants et faute d’avoir atteint le seuil de vois nécessaires.

Dans un communiqué de presse, l’ancien maire déplore le taux élevé d’abstentionnistes et il s’interroge sur la légitimité des élus.
Lui-même remercie 1239 électeurs qui lui ont encore fait confiance. Il se félicite de sa place de second sur la ville de Firminy et ne donne pas spécialement de consignes de vote. En toute logique, il devrait démissionner de son poste de conseiller municipal d’opposition.

Dans le Roannais, le maire et président de la communauté d’agglomération, Yves Nicolin, a piqué une colère contre les abstentionnistes qu’il invite à se rendre dans les bureaux de vote dimanche. Il déplore les 75% d’abstention et dit son ras-le-bol d’être culpabilisé en tant qu’élu local..

Les abstentions ! Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, les regrette et il estime que la démocratie est la grande perdante de ce premier tour.

A Saint-Etienne, l’abstention a atteint les 75% contre 67,2% sur le plan national. Il se félicite en revanche de la faiblesse des votes RN et LREM. Il se dit satisfait du bon score de Laurent Wauquiez et apprécie qu’aux départementales, le RN n’accède pas au second tour sur Saint-Etienne…Il renouvelle son soutien aux candidats de l’Union pour la Loire.

A gauche, le conseiller départemental d’opposition, Régis Juanico dépasse avec Marie-Michelle Vialleton, la barre des 50% au premier tour. Il aurait naturellement préféré une participation plus affirmée et estime que ce premier tour est un camouflet pour Gaël Perdriau et pour l’Union pour la Loire..  ̈Pour lui, le résultat du duo Pierrick Courbon Arlette Bernard démontre « la très grande fragilité politique du maire de Saint-Etienne ».

Quant au président du conseil départemental, l’ancien journaliste Georges Ziegler, le Progrès, dont il fut directeur départemental, titre en Une :Un président en danger. L’article qui lui est consacré est titre : Ballotage dangereux pour Georges Ziegler. L’élu stéphanois est en tête, avec 33 voix d’avance sur un binôme de gauche inconnu.

La campagne du président a été maladroite, marquée par le non-versement de la prime Covid et diverses bourdes. Ses opposants de gauche, Valérie Atif et Jérôme Masegosa veulent « redonner de la dignité au personnel politique ». Ces militants de terrain s ‘estiment en position de gagner face à un conseiller départemental qui siège depuis 26 ans.