Partager cet article :

Mic mac aux départementales !
Hasard du calendrier ou riposte bien cadrée ? C’est le lendemain du renoncement surprenant de l’UDI Loire à se présenter aux départementales que les verts et le PS ont annoncé un accord élargi à toute la gauche sauf Lutte Ouvrière. Le rapprochement était dans les tuyaux depuis plusieurs semaines.

L’argument avancé par Lionel Boucher pour son retrait des élections départementales sur le risque d’une percée RN ne tient pas la route pour ce type d’élection où le parti de Marine le Pen n’a ni les effectifs ni la perspective de gagner plusieurs cantons. Le RN se concentre d’ailleurs sur les régionales où la proportionnelle lui assure des gains réels.  Le parti UDI insupporte tout simplement le maire de Saint-Etienne mais aussi d’autres fédérations UDI de la région et peut-être même le président Lagarde. Il y a quelques semaines seulement, l’UDI Loire présentait des exigences importantes avec des noms de candidat avant de signer un accord reconnu par Georges Ziegler dans les colonnes du Progrès. Le revirement de l’UDI pourrait bien être purement alimentaire !

Oses, verts et rouges se fiancent.
La Région n’est pas le département. A Lyon, Madame NVB a fait son deuil d’un accord avec les verts et l’ouverture se limitera au PRG et à des dissidents du PC. Mais, à 60 kilomètres de Lyon, la vérité n’est plus la même et les départementales ne sont pas des régionales ne serait-ce que par le mode de scrutin. Depuis des semaines, Verts et Roses préparaient un accord qui est même élargi à toute la gauche , au moins pour le premier tour. Les partis de gauche n’ont même pas attendu la date limite de dépôt des candidatures pour publier le faire-part de fiançailles.

Les gauches n’ont rien à perdre dans ce scrutin et leur liste commune « La Loire au cœur » va se concentrer sur le social. La future liste commence déjà à tirer à boulets rouges sur l’exécutif et sa gestion de la crise sanitaire. Le président Ziegler affiche sa sérénité, comptant sans doute sur la prime au sortant. A moins que le dégagisme ne surgisse du bois !

La Loire industrielle innove.
L’entreprise stéphanoise d’outillage, Sam, est très ancienne et joue la carte de l’innovation pour faire face au recul du marché. Sa clientèle ne se recrute pas dans les magasins de bricolage mais chez les professionnels. Deux millions d’euros ont été investis dans la bâtiment stéphanois pour créer de nouveaux outils et sauvegarder l’emploi des 140 salariés locaux. A Montbrison, c’est le groupe Blanchet qui fête ses 80 ans sous la houlette de Jacques Blanchet, conseiller régional et belle figure du patronat forézien  et de la Fédération du bâtiment.

Les deux usines vont être regroupées sur un même site et une fête d’anniversaire est prévue avec les salariés.
Enfin, à Saint-Chamond, le site industriel Polyane, spécialisé en plasturgie, va être revendu par Saint-Etienne Métropole en raison de la bonne santé de l’entreprise.