Partager cet article :

Brasseries stéphanoises.
Le célèbre restaurant du centre ville stéphanois, Glasgow, qui rappelle les heures de gloire du foot local, va encore changer de mains. Sa vitrine est ornée d’affiches annonçant le changement de propriétaire. Repris par René Saada, l’établissement avait été reconfiguré avec des salles à l’étage. La brasserie vient d’être reprise par un groupe qui prépare sa réouverture avec le même personnel.

Pour rester dans le football alimentaire, allons faire un tour au stade Geoffroy Guichard. Depuis des années, un espace est réservé au-dessus du musée des Verts pour un restaurant. Avec beaucoup de retard, le projet semble prêt d’accoucher à l’occasion des 90 ans du stade. Un contrat devrait être signé mi-septembre avec un descendant de la famille Guichard.

La future brasserie occupera 750 mètres 2 et pourra accueillir 180 couverts du lundi au dimanche, midi et soir. L’investissement sera de deux millions d’euros.

Une rentrée universitaire coûteuse.
La FASEE, la fédération des associations étudiantes de Saint-Etienne, vient de publier son analyse annuelle du coût de la rentrée universitaire dans la préfecture de la Loire. Cette étude prend en compte deux thèmes qui sont les frais spécifiques de la rentrée universitaire et les frais de la vie courante.  Cette année, la fédération a ajouté un chapitre sur le coût des prises en charges psychiatriques dans le contexte de crise sanitaire.

Résultat : le coût moyen de la rentrée étudiante stéphanoise s’élève à 2061,32 euros soit une légère hausse de 1,09% par rapport à l’an dernier. Les frais de vie courante occupe le haut du panier, ce qui n’est pas surprenant avec des hausses sur des produits ordinaires comme les pâtes alimentaires.

Dans les bonnes nouvelles, on peut citer l’abonnement STAS qui descend à 10 euros comme s’en félicite un communiqué commun ville et métropole. Et ce matin, France Info rappelait que Saint-Etienne est la ville universitaire la moins chère de France.