Une journée à l’Assemblée Nationale

Il aura fallu un peu plus de 10 années pour passer du citoyen lambda, calé derrière un bureau à gérer du fils pour un fabricant d’étiquettes stéphanois, à une visite au sénat en Novembre dernier et à l’Assemblée Nationale en ce mois de Janvier 2023

On dit que les promesses n ‘engagent que ceux qui y croient, mais en septembre dernier la Députée de la Loire Andrée Taurinya, avait promis de m’inviter à une visite de l’assemblée nationale lors de notre entretien. Et bien elle a tenue sa parole et si c’est toujours plus une militante qu’une carriériste dans la politique, c’est une femme qui tient parole et je ne peux que regretter que depuis maintenant plus de 10 ans, beaucoup ne l’on pas fait…et c’est promis Mme la députée, je fais dès demain une demande pour ma carte personne agée…

Aujourd’hui, à l’Assemblée nationale, ce sont et depuis 1986,  577 membres, appelés « députés », élus au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour une durée de cinq ans.

L’Assemblée Nationale :

L’histoire de la représentation nationale depuis deux siècles est étroitement liée à celle du principe démocratique et du chemin accidenté qu’il a dû parcourir avant de trouver dans nos institutions une consécration définitive.
Si les Français ont périodiquement élu des représentants depuis 1789, le mode de désignation et les pouvoirs de ces mandataires ont considérablement varié selon les époques, les périodes d’effacement de l’institution parlementaire coïncidant généralement avec un recul des libertés publiques.

A cet égard, les dénominations ne sont pas innocentes. Celle d’Assemblée nationale, choisie dans la ferveur de 1789, ne réapparaîtra – si l’on excepte la brève parenthèse de 1848 – qu’en 1946. Se succéderont entre temps des appellations plus ou moins réductrices (« Chambre des représentants », « Corps législatif », « Chambre des députés » …) qui traduisent, à des degrés divers les réticences, voire l’hostilité déclarée des gouvernants à l’égard du principe de la souveraineté du peuple.

Le 17 juin 1789, un mois après la réunion à Versailles des états généraux, les députés du tiers état, considérant qu’ils représentent « les quatre-vingt-seize centièmes au moins de la nation » se proclament Assemblée nationale. Ils font acte de souveraineté en matière d’impôt et décident d’élaborer une constitution limitant les pouvoirs du roi. La souveraineté réside désormais, non plus dans la personne du monarque, mais dans la nation qui l’exerce par l’intermédiaire de représentants qu’elle choisit. Cette conception révolutionnaire va trouver son expression dans les constitutions de 1791 et de 1795.

Les institutions de la Cinquième République, mises en place en 1958, correspondent aux idées du général de Gaulle, telles qu’il les avait exposées dès 1946. Jusqu’en 1962, les pouvoirs publics doivent résoudre la crise algérienne. Puis, une deuxième phase s’engage, sur le plan institutionnel, avec l’élection du Président de la République au suffrage universel direct et l’apparition d’une majorité homogène à l’Assemblée nationale, et dans le domaine de la politique extérieure. La période de forte croissance économique se poursuit jusqu’en 1973.

La recomposition de la majorité après les élections présidentielles de 1974, puis les alternances politiques de 1981 (élections présidentielles, puis élections législatives après dissolution de l’Assemblée nationale), 1986 (élections législatives), 1988 (élections présidentielles, puis élections législatives après dissolution de l’Assemblée nationale), 1993 (élections législatives, suivies des élections présidentielles en 1995), de 1997 (élections législatives, après dissolution de l’Assemblée nationale) de 2002 et de 2007 ont peu à peu modifié le fonctionnement des institutions. L’Assemblée nationale voit son rôle de plus en plus affirmé, tant du point de vue politique qu’en matière de contrôle du Gouvernement, puis confirmé par la révision constitutionnelle de juillet 2008.