Partager cet article :

Une troisième manif ligérienne anti pass.
Pour ce troisième samedi consécutif, le mouvement très hétérogène des anti pass s’est manifesté, dans le pays, à travers une mobilisation croissante, non seulement dans le pays mais aussi dans la Loire.
Samedi dernier, c’est Roanne qui avait tenu la corde avec quelque 800 manifestants . Hier, c’est à Saint-Etienne que ce nombre a été atteint à travers un défilé protestataire depuis Bellevue jusqu’à la place Jean Jaurès avec des arrêts symbolique devant le local de l’ARS à Centre Deux et devant la préfecture.

Et pendant ce temps à Roanne, on dénombrait quelque 1000 protestataires malgré les concessions gouvernementales et les vacances estivales. Parallèlement, on a appris qu’un club de supporters ultra de l’ASSE, les Green, Angels, refuse, pour les mêmes raisons, de se rendre à Geoffroy Guichard la semaine prochaine pour le reprise du championnat.

Le CNAM à Montbrison ?
Le conservatoire des Arts et Métiers est bien connu à Saint-Etienne où il a pignon sur rue depuis des dizaines d’années. La ville de Montbrison et Loire-Forez Agglomération conduisent actuellement une étude de faisabilité avec diverses offres de formation. Une étape que n’aura pas à franchir la ville de Roanne qui a déjà été choisie pour accueillir une antenne du CNAM. Dans le Forez, une telle structure est souhaitée pour former des gens à l’emploi et réduire le chômage local.

Les conclusions de cette étude seront rendues en  mars 2022 avec des propositions sur cinq secteurs économiques importants sur le territoire. Pour la localisation, les élus songent à une installation dans les locaux de l’actuelle gendarmerie. La démarche est accompagnée par l’agence d’urbanisme EPURES, Pôle emploi et ELO, Emploi Loire observatoire.

Un office de l’économie à Saint-Galmier.
Plusieurs acteurs du monde économique baldomérien viennent de lancer une association pour dynamiser l’économie locale. Parmi les initiateurs, on trouve l’union des commerçants de la commune, les chambres consulaires. Le but est de créer du lien entre des acteurs économiques différents qui ne travaillent pas forcément ensemble et de faire de la communication pour le grand public. La commune a un réel potentiel avec quelque 200 entreprises.

Pour donner une visibilité à la démarche, une plateforme numérique sera créée avec également le souci de promouvoir la vente à emporter.