Un destin national pour Gaël Perdriau ?

Les brèves de Pat Françon 27/09/2020

Le destin national de Gaël Perdriau.
Pour construire sa stature nationale, le maire de Saint-Etienne comptait sur deux éléments : sa vice-présidence nationale des LR et sa présence en tant que spécialiste de la sécurité dans le bureau de France Urbaine, association des maires des grandes villes de France.
Ces deux mandats permettaient à l’élu d’accéder aux plateaux télés et radios et aux colonnes de la presse écrite. Hélas, des élections internes viennent de se dérouler à France Urbaine, et la présidence de Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse est revenue à Johanna Rolland, maire de Nantes. Gaël Perdriau ne figure plus dans la liste des 18
membres du bureau dont fait partie Eric Piolle, son homologue grenoblois.

Pour se libérer du temps pour sa stature nationale, le maire de Saint-Etienne vient aussi de laisser deux présidences locales importantes. Il laisse à l’adjoint radical, Jean-Pierre Berger, la présidence du SCOT, le schéma de cohérence territoriale du sud Loire et la présidence de l’EPCC, établissement public de coopération culturelle, de la Cité du design à l’ancien journaliste devenu adjoint et élu communautaire, Marc Chassaubéné. Il devra aussi laisser la présidence du Pôle métropolitain de Lyon.

Didier Brosse, nouveau président.
Après deux mandats à la tête de la FFB Loire, la fédération française du bâtiment, Thierry Vidonne vient de laisser son poste de président à Didier Brosse, qui présidait l’antenne gros oeuvre du syndicat patronal. Cette union professionnelle, qui regroupe des syndicats catégoriels comme les peintres, les carreleurs, les maçons, le chauffagistes etc est un des plus gros syndicats patronaux de la Loire.

Installée dans le quartier stéphanois du Clapier, la fédération dispose d’un siège avec plusieurs permanents et d’un CFA, centre de formation d’apprentis de plus en plus ouvert à la gent féminine. Le nouveau président entend prendre une part active au débat sur le plan de relance.

Débats politiques dans le Gier.
Au conseil municipal de Saint-Chamond, c’est la construction future d’un demi échangeur autoroutier à la Varizelle qui a déclenché l’ire de la gauche qui redoute un accroissement du trafic autoroutier tandis que le maire LR, hervé Reynaud, se félicite d’un outil routier de rapprochement entre Saint-Chamond et Saint-Jean-Bonnefonds.

Il a aussi annoncé la création d’une brigade nocturne de police municipale. A la Grand Croix, deux conseillers d’opposition dont l’ancien maire Michel Chatagnon ont remis leur démission. A Saint-Paul-en-Jarez, c’est Michel Plasse, leader de l’opposition et une collègue qui ont rendu leur tablier.

A Rive-de-Gier,le débat a été vif à la suite d’une augmentation importante des indemnités du maire, de la première adjointes et d’autres élus de la majorité communiste. Le tout dans un climat d’insécurité croissant, alors qu’un adjoint a eu sa voiture vandalisée à deux reprises. L’ancien maire, Jean-Claude Charvin est vent debout contre la politique « jeunesse » de la nouvelle équipe.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *