Suppression de la prime de rentrée pour les bénéficiaires de minimas sociaux : Une décision injuste et incompréhensible

Communiqué de Jean-Claude TISSOT, sénateur de la Loire.

La nuit dernière, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2022 au Sénat, le sénateur Jean-Claude TISSOT est intervenu pour dénoncer un amendement proposé et adopté par la droite sénatoriale, qui vise à supprimer la prime de rentrée exceptionnelle pour les bénéficiaires de minimas sociaux.

En transformant la prime exceptionnelle de rentrée qui devait être versée à la fin de l’été aux bénéficiaires des minima sociaux, en majoration de la prime d’activité, la droite sénatoriale fait le choix délibéré d’opposer les personnes en situation de précarité et les « travailleurs modestes » qui perçoivent la prime d’activité.

A quelques semaines de la rentrée scolaire, cette décision impactera les 4 millions de foyers percevant l’allocation de rentrée, qui n’auront pas le droit à cette revalorisation temporaire pour financer l’achat des équipements et des fournitures scolaires.

Comme l’a rappelé le sénateur Jean-Claude TISSOT en séance publique, les enfants seront les premières victimes de cette décision.
En cette période d’urgence sociale, il n’est pas acceptable de faire des économies sur le dos des enfants.
La commission mixte paritaire, qui se réunit ce soir pour trouver un compromis sur ce texte de loi, doit impérativement revenir sur cette mesure injuste et incompréhensible.

Intervention du sénateur Jean-Claude TISSOT en séance :
« Simplement vous dire, chers collègues, que je vais voter contre ce texte, il y a un amendement qui est passé de manière incroyable à 1h du matin.
C’est l’amendement n°191 à l’article 6. A mon sens, c’est l’amendement le plus inique, le plus inadmissible, le plus indécent, voté ce soir.
Vous supprimez la prime de rentrée pour les bénéficiaires des minimas sociaux. Je ne comprends pas comment on peut proposer un tel amendement.
Vous pensez pénaliser les parents, mais finalement avec un tel amendement, c’est les enfants que vous allez pénaliser.
Ils ont 500 euros de minimas sociaux, et en plus vous supprimez la prime de rentrée. Je ne comprends pas ce type d’amendement. »

 

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com