Saint-Etienne Métropole : la confiance envers le président s’effondre, il faut tourner la page

⇒ Métropole : la confiance envers le président s’effondre.
Le « retrait total » du président de Saint-Etienne Métropole n’a rien changé quant à la gouvernance et les élus s’inquiètent du flou juridique qui est devant eux. Lors du conseil métropolitain du 8 décembre, plusieurs élus se sont exprimés. C’est le cas de Marc Chavanne, maire de Saint-Jean-Bonnefonds. Celui-ci a précisé que le retrait n’a aucune conséquence juridique.

Le président touchera même son indemnité alors qu’il ne travaillera plus. L’élu s’est aussi exprimé sur France Bleu sur le même sujet. Eric Berlivet, pour sa part, a été interviewé par France-Culture. Ces élus ont rappelé que la confiance n’existait plus alors que les dossiers ne sont plus traités.

Les Verts invitent aussi Perdriau à tourner la page !
Pour les élus verts, les propos de Gaël Perdriau sur Médiapart à propos de Laurent Wauquiez « sont d’une vulgarité inédite pour un élu de son rang ». De nombreux élus sont fatigués des rebondissements constants de ce scandale qui pourrit la vie politique stéphanoise.
Pour les Verts, il n’est plus acceptable que Perdriau s’abrite derrière le temps judiciaire. Ils estiment aussi que le malaise est entretenu par l’attitude de la majorité municipale qui maintient son allégeance. Pour clore cette page honteuse de l’actualité stéphanoise, les Verts demandent la démission du maire et de sa majorité municipale.

Gaël Perdriau et Quentin Bataillon.
Le maire de Saint-Etienne continue à se répandre sur les réseaux sociaux comme si de rien n’était. Tout est prétexte à des propos louangeurs sur l’activité de la majorité municipale, de la Saint-Barbe à l’ouverture d’un magasin.

Tout récemment, Gaël Perdriau a publié un article sur la venue de Quentin Bataillon, député Renaissance, et d’un collègue rhodanien de celui-ci, président de la commission de la Défense nationale au parlement. Les deux députés se sont rendus à l’entreprise Verney-Carron.

Président de l’EPASE, établissement public d’aménagement de Saint-Etienne,  Gaël Perdriau n’a pas hésité à s’afficher, soulignant que Verney-Carron va investir 20 millions et ere 100 emplois. M. Perdriau a manifestement oublié ce diction politique : « on n’est élu ni sur un bilan ni sur un projet. Mais sur une image« . Et, là, il a du souci à se faire !