Saint-Etienne/Lyon : après l’A45, tout reste à faire !

L’expiration de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du projet autoroutier A45 apporte un point final à ce serpent de mer qui aura phagocyté toute réflexion d’avenir sur les mobilités entre Saint-Etienne et Lyon depuis des décennies.

Communiqué commun de Régis JUANICO, Député de la Loire,  Jean-Claude TISSOT, Sénateur de la Loire, Johann CESA, conseiller régional de la Loire, Pierrick COURBON, président du groupe Loire Solidaire au Conseil départemental de la Loire, et Ramona GONZALEZ-GRAIL, maire de La Talaudière, suite à l’expiration de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du projet autoroutier de l’A45.

L’abandon de ce projet s’impose désormais à tou.te.s, quelles que soient les positions défendues jusqu’à aujourd’hui.
Au-delà d’une victoire pour les élu.e.s, militant.e.s et citoyen.ne.s qui se sont battus contre ce projet d’un autre temps depuis parfois plus de 30 ans, la caducité de la DUP A45 doit être perçue comme une opportunité considérable pour enfin mettre en place des solutions concrètes et rapides d’amélioration de l’axe Saint-Etienne / Lyon, attendues avec impatience par l’ensemble des usagers de la route et du rail.

Parfaitement inutile parce que se contentant de déplacer la congestion automobile de Givors à Brignais, l’A45 aurait été une catastrophe
écologique, détruisant quelques 500 hectares de terres agricoles, à l’heure de la reconquête de notre souveraineté alimentaire, et engloutissant plus de 800 millions d’euros d’argent public pour offrir une rente au groupe VINCI.

Le bouquet multimodal de solutions alternatives (requalification de l’A47, « Réseau Express Métropolitain » ferroviaire Saint-Etienne-Lyon, doublement du pont de Givors, itinéraires alternatifs pour le « cabotage », autopartage et covoiturage…), travaillées sous l’égide de la Préfecture de Région, doivent maintenant pouvoir être actées, financées et lancées dans les plus brefs délais.

Depuis plus de deux ans maintenant, nous avons participé, souvent bien seuls, aux réunions de travail initiées par le Préfet de Région sur ces projets alternatifs pour y défendre avec force l’intérêt des Ligériens. Il est selon nous en effet primordial d’être présents dans ces instances et d’y parler d’une même voix pour maintenir la pression sur le Gouvernement qui s’est engagé à réaffecter les 400 millions d’euros prévus pour l’A45 au financement des alternatives.

Les Collectivités locales qui s’étaient engagées à cofinancer l’A45 doivent désormais prendre leurs responsabilités, et vite. L’attitude de MM. WAUQUIEZ, ZIEGLER et PERDRIAU, qui jusqu’à présent ont fait le choix de la chaise vide et du boycott de ces travaux, est incompréhensible et irresponsable. Elle illustre combien leurs motivations relèvent de la posture idéologique plutôt que de l’attachement à améliorer concrètement les déplacements des milliers d’usagers qui empruntent cet axe quotidiennement.

Nous ne pouvons plus perdre de temps avec des postures dogmatiques.
Nous appelons solennellement les exécutifs locaux à rediriger dès maintenant les sommes budgétées pour l’A45 vers ces aménagements, avec pour seuls objectifs l’amélioration du quotidien des usagers et le développement de mobilités respectueuses de l’environnement.

Le moment de vérité est arrivé et nous verrons très vite, face au défi que représente la modernisation de l’axe Saint-Etienne-Lyon dans un contexte d’urgence écologique, qui sont les irresponsables et qui sont ceux qui ont à cœur l’intérêt de leurs concitoyenn.e.s.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *