Saint-Etienne c’est 32 fontaines municipales avec DAPHNE en symbole

Saint-Etienne n ‘a pas la chance d’avoir la mer, vous me direz elle en a d’autres (chance), elle est tout de même traversée par un fleuve (souvent couvert sur la ville) le Furan. Le Furan est capable de colères redoutables et meurtrières. C’est d’ailleurs ce qui lui valut son nom primitif (le Furieux).

Aujourd’hui, Saint-Etienne et son équipe de communication met en valeurs nos fontaines. Saint-Etienne non mais à l’eau…

L’une des plus anciennes d’entre elles est sur la place du peuple, les traces d’une fontaine place du Peuple remontent au moins à 1769 d’après les plans de la Ville, voire un siècle plus tôt, en 1607, si l’on en croit les chroniques de Claude Beneyton, maître-maçon stéphanois. Cette place, autrefois appelée « Pré de la Foire », était un lieu de vie, bordant le Furan.
La fontaine en fonte que l’on voit actuellement est plus récente mais a peut-être conservé l’ancien emplacement. Elle est signée Mathurin Moreau et représente l’été.
On compte 32 fontaines municipales décoratives ou ornementales à Saint-Étienne. mais l’actualité est sur la place Jean Jaurès c’est le retour de Daphné, cette Stéphanoise trônait depuis 1907 fièrement au-dessus du bassin situé près du kiosque, jusqu’à ce qu’elle soit fondue sous le régime de Vichy, par les allemands pour en faire des armes. Daphné a été arrachée à son bassin le 16 mars 1942 pour être précis…
Après deux ans d’enquête d’après les infos municipales, ont été nécessaires pour retrouver une copie conservée à Paris et remouler la nymphe de plus de 2 mètres de haut, à l’identique de son original signé Jules Alfred Alexandre Dercheu.
La daphné est dans plusieurs villes française, mais en 1898 pour la petite histoire elle est commandée le 28 mars par l’Etat à Maurice Denonvilliers pour 5000 F dont 2500 F versés par la ville de Saint-Etienne, acquisition par la ville de Saint-Etienne le 28 décembre tandis que l’Etat venait d’acheter l’original en marbre pour le jardin des Tuileries.
Et l’eau devrait couler également sur la future place Waldeck-Rousseau, en hyper-centre, où les travaux menés par la Ville intégreront une structure inédite mêlant végétal et eau. Une histoire d’eau à suivre.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com