Saint-Etienne c’est 3.000 ans d’histoire

C’est toujours un plaisir d’aller rencontrer Paul Sordet, et encore plus quand le sujet est l’histoire de Saint-Etienne, c’est un écrivant un livre sur l’école Saint-Michel que Paul à compris qu’il y avait beaucoup de choses à raconter sur l’histoire de notre ville.

Grâce à la métallurgie du fer, à la climatologie et à la toponymie, Paul a pu établir que le site de la vache du Furan a été occupé depuis le milieu du 8ème siècle avant J.C. et que cette occupation a été constante et continue.

A partir du 6èmé siècle avant J.C. notre bourgade primitive dont on ne connaîtra probablement jamais le nom s’est trouvée sur la route que les Phocéens-Massaliotes (Marseillais) empruntait pour aller chercher l’étain et peut-être l’ambre vers les pays du nord. Elle constituait pour eux une étape naturelle.

Lorsque César acheva la conquête de la Gaule et qu’il fit établir Lugdunum (Lyon) comme capitale de la nouvelle conquête il fit installer un camp sur l’emplacement de ce qui deviendra la ville rose plus tard. Ce camp avait, probablement, pour fonction de surveiller l’aqueduc qui captait l’eau du Janon pour l’amener vers la nouvelle cité.

Après la chute de l’empire, entre région tombe dans l’oubli comme l’ensemble du monde chrétien.
Ce que l’histoire de l’Eglise nous apprend c’est que le territoire de Saint-Etienne devient assez tôt une paroisse de fait dont témoigne certains textes du 10 ème au 12ème siècle.
L’évènement principal de la fin du Moyen Age demeure la visite de Charles VII. Ce roi insuffle à l’économie stéphanoise de la forge une impulsion vive qui amène au triplement de la population en un siècle : le 16ème.

Dès lors, Saint-Etienne devient une cité importante dans le royaume de France et se fait connaître au loin notamment grâce à la quincaillerie qui est un complément à l’industrie de l’arme blanche et à feu.
Dès le début du 17ème siècle la ville se diversifie dans la passementerie et le ruban.

Le 19ème siècle dont l’histoire est bien connue voit se produire la révolution industrielle et la deuxième spectaculaire augmentation de la population multipliée par six en 50 ans.

Paul Sordet à voulu raconter l’histoire de notre ville commune saga familiale pour la rendre ludique.
« Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une oeuvre d’historien durant laquelle je me suis astreint à la nécessaire rigueur que cela requiert. J’aimerai que les lecteurs futurs considèrent sa lecture comme une surprise permanente« .

Comme dit le préfacier : Saint-Etienne : 3.000 ans d’histoire ! Quel vertige mais quelle surprise.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com