Rentrée politique : les socialistes mobilisés et motivés

A l’occasion de la conférence de presse de rentrée, les dirigeants du Parti Socialiste de la Loire ont indiqués être au travail et déterminés dans l’optique des prochaines élections régionales et départementales.

Conférence de presse du Parti Socialiste de la Loire qui s’est déroulée hier matin à Saint-Étienne.
De gauche à droite : Marie-Hélène Riamon, Isabelle Dumestre, Pierrick Courbon, Johann Cesa, Brigitte Dumoulin et Jean-Claude Tissot.

Johann CESA, Premier Secrétaire du Parti Socialiste de la Loire, a rappelé que le congrès du Parti Socialiste se déroulera du 10 au 12 décembre à Villeurbanne. Il a indiqué que la majorité du PS Loire pourrait soutenir la candidature d’Olivier Faure, actuel premier secrétaire, si l’orientation politique contient des mesures en faveur de l’augmentation des salaires, d’un renforcement de l’Etat-stratège avec des services publics efficients et un plan de transition écologique ambitieux pour la France.

Il est également revenu sur le résultat des élections municipales et dresse le constat que des listes uniques dès le premier tour génèrent des dynamiques favorables dont il faut tenir compte pour les prochains scrutins.

Jean-Claude TISSOT, Sénateur de la Loire, est revenu sur la présentation du plan de relance par le gouvernement. Ce plan de relance n’apparaît globalement pas à la hauteur de l’urgence de la crise et prépare insuffisamment l’avenir. En prétextant une hausse du niveau d’épargne pendant le confinement, le plan de relance manque clairement le rendez-vous du pouvoir d’achat. Il réclame que le gouvernement agisse sur le taux de TVA, comme vient de le faire l’Allemagne, et de travailler à une meilleure reconnaissance de l’utilité sociale des métiers. Or, l’aide aux plus précaires représente moins de 1 % du plan.

C’est pourquoi il demande d’abroger totalement la réforme de l’assurance-chômage, de revaloriser les APL en tenant compte des impayés de loyer, d’augmenter le RSA et ouvrir les droits dès 18 ans, ainsi qu’un moratoire sur les frais bancaires pour les plus démunis.

Pour les élections régionales, Johann CESA et Marie Hélène RIAMON, conseillers régionaux sortants, ont lancé un appel à toutes les formations politiques de gauche et écologistes pour une liste d’union dès le 1 er tour face à Laurent WAUQUIEZ. Ils ont rappelé l’ensemble des contre-propositions formulées avec les groupes de gauche et écologistes durant ce mandat :
– Plan de rénovation thermique des logements pour réduire la facture énergétique et l’empreinte carbone
– S’opposer aux financements des infrastructures routières comme l’A45 en privilégiant le ferroviaire pour améliorer son offre et réduire le tarif aux usagers
– Investir dans la rénovation et la construction de nouveaux lycées pour assurer une éducation équitable et de qualité sur tous les territoires.

Ces propositions communes démontrent que le rassemblement de la gauche et des écologistes est possible. Les socialistes n’ont pas d’adversaire à gauche. Leur seul adversaire c’est Laurent WAUQUIEZ et sa politique clientéliste qui met les finances du conseil régional au service de sa communication (100 millions d’euros sur le mandat) et de ses amis politiques.

Autoproclamée la région la mieux gérée de France », celle-ci s’est faite sur le dos des plus faibles, les demandeurs d’emploi qui se retrouvent privés de 100 000 places de formation par an.
Johann CESA, a par ailleurs indiqué que les adhérents socialistes seront appelés à désigner un binôme homme-femme, chefs de file dans le département de la Loire mi-octobre.

Pierrick COURBON et Brigitte DUMOULIN, conseillers départementaux sortants, partagent la même ambition d’unité de la gauche et des écologistes pour les élections départementales prévues mars 2021. C’est une condition fondamentale pour que la gauche et les écologistes puissent être présents au second tour, et c’est aussi une manière de répondre aux attentes fortes de nos électeurs. La constitution, à l’échelle des 21 cantons du département, de 21 quatuors composés de 2 titulaires et de 2 suppléants doit pouvoir permettre d’assurer, sur chaque territoire, une juste représentation de la diversité et de la pluralité des forces politiques de gauche et écologistes.

Nous abordons ce scrutin avec l’ambition de voir nos élus sortants reconduits dans leurs fonctions, mais aussi de nous inscrire dans une dynamique de conquête de nouveaux cantons. L’union ne se décrète pas : nous voulons au contraire la construire dans le cadre d’un accord départemental bâti autour d’une plateforme programmatique commune.

Il s’agira de proposer que le Département puisse enfin prendre la mesure des enjeux sociaux et environnementaux du moment : lutte contre la pauvreté et la précarité, augmentation des investissements dans nos collèges, lutte contre le non-recours aux droits, recentrage de l’action publique départementale autour des compétences fondamentales de la collectivité seront autant de pierres angulaires de ce travail programmatique.

Pour Isabelle DUMESTRE, présidente du groupe « Saint-Étienne Demain » au conseil municipal, les municipales ont prouvé que le PS, que certains avaient voulu enterrer un peu vite, a encore toute sa place dans le paysage politique de notre pays. Non seulement nous conservons les principales villes qui étaient dans la ligne de mire de nos adversaires, mais nous avons pu en (re)conquérir de nouvelles.
Ce rebond a été permis à la fois par une stratégie de large rassemblement de la gauche et des écologistes et par un renouvellement de notre projet qui prend mieux en compte, bien articulées avec les problématiques sociales, les exigences environnementales et démocratiques.

A Saint-Étienne, où nous avons participé à la construction de l’association Saint-Étienne Demain, cette dynamique ne s’est pas concrétisée par une victoire mais a permis de ramener de nombreux citoyens vers la politique et le vote de gauche.

Les combats qui attendent les 12 élus d’opposition issus de notre liste durant ces 6 années de mandat sont nombreuses face à un maire qui est loin d’avoir des réponses à la hauteur des urgences sociales, écologiques et démocratiques. Nous appelons ainsi à participer à la manifestation en soutien au commerce de proximité, qui aura lieu ce mercredi 16 septembre à 11h, en maintenant que l’inauguration de Steel.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *