Rendez-vous avec Jordan Da Silva #Municipales 2020 Villars

Les élections municipales c’est dans quelques semaines, en Mars 2020 très précisément. J’ai donc décidé d’aller a nouveau rencontrer les Maires et candidats qui le souhaitent (contact : gillescharlesinfos@gmail.com).

Aujourd’hui rendez-vous avec Jordan Da Silva élu Maire de Villars le 11 septembre 2018, suite à la démission de son prédécesseur. Pour cette élection il conduit la liste « Unis pour Villars », Villardaire depuis sa naissance, il est très attaché à son « village ».

Tandis que son arrière-grand-mère tenait les bains douches situés dans l’actuel parc de la mairie, sa mère est née rue du Breuil. Toutes deux lui ont transmis leur amour de leur commune. Son père est arrivé du Portugal en 1969.

A l’âge de 21 ans, intéressé par la vie publique et fervent défenseur de son « village », il s’est engagé au sein de l’équipe de Paul CELLE. Elu conseiller municipal en 2008. Le 12 Mars il présentera son projet comprenant de nombreuses propositions (120) formulées lors d’ateliers participatifs inédits dans le cadre de l’association Villars Ensemble.

L’obituaire de l’Église de Lyon fait mention de la donation du doyen Blandinus (vers 1085-87) qui fit don de l’église de Villars, du cimetière et de ses terres à l’Église de Lyon.
L’existence de la localité est attestée par écrit dès le XIIe siècle. Mention en est faite dans la permutation de 1173, consacrant la séparation du Lyonnais et du Forez qui laisse Villars « à la liberté de l’Église de Lyon ». À la suite de cet acte, la paroisse de Villars fit partie d’une enclave directement dépendante du chapitre de Lyon, aux confins du Jarez et du Forez et finalement rendue à la seigneurie de Saint-Priest-en-Jarez en 12782.
Peu après, on trouve trace d’un fief dénommé Curnieu. Différentes familles se succèdent, dont les Dalmais et Mathevon.
Villars possède deux bâtisses historiques : le vieux château à l’écart du centre, restauré en 1910, et le château du bourg face à l’église, mairie de la commune depuis 1991.
La houille est exploitée vers le XVIe siècle, d’autres activités viennent s’y greffer comme la passementerie, les armes…
La main-d’œuvre vient des régions limitrophes, surtout Haute-Loire et Ardèche. Les ouvriers travaillent aux champs la belle saison, cherchent de l’embauche en ville afin de compléter leurs maigres ressources.
Au cours de l’été 1911 a eu lieu le premier meeting aérien du département de la Loire, sur le terrain de Champirol (situé à cette époque sur les communes de Villars et de Saint-Priest-en-Jarez), à l’emplacement actuel de l’Hôpital Nord. Parmi les huit pilotes présents à cette manifestation se trouvait Roland Garros.
Sur la commune se trouve, au Bois Monzil, le plus ancien pont ferroviaire d’Europe continentale (1827), inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Le tunnel de Michard est lui, le deuxième plus ancien de France.
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *