Partager cet article :

L’été généralement on ressort les vieilles casseroles…..nous on a décidés de re-sortir du fin fond du site quelques rencontres…Rencontre dans les archives…..

Francis Renaud est un homme, un acteur sincère, à vif et qui ne triche pas. Trente ans de carrière il a donc forcément des choses à raconter. L’histoire de son parcours jamais dans la facilité, ses coups de gueule. Je l’ai comparé dans ce qui transpire de son personnage à Patrick Dewaere et vu son sourire il a apprécié le parallèle.

Né en 1967 à Thionville, Francis Renaud est acteur mais aussi réalisateur. Un visage du cinéma français mais aussi de télévision, c’est sans doute un personnage trop sincère et entier puisqu »il est sur la liste noire du microcosme Parisien, qui décide ce qui est bon pour le public.

La rage au cœur est son premier livre, un livre qu’il écrit tout seul depuis 30 ans et qui raconte son parcours, ses galères et sa passion. Il s’est pris au jeu de l’écriture et va poursuivre avec l’écriture de romans, de passage dans le Forez, c’est avec un grand plaisir que je suis allé rencontré cette figure des seconds rôles français.

Préfacé par son ami Olivier Marchal qui le connait bien et qui l’a fait jouer dans Gangsters, 36, MR 73, et Braquo ou encore les Lyonnais, ce livre est un témoignage bouleversant sur une vie chaotique où l’univers du cinéma n’est pas toujours rose. Dans ce roman, vous y découvrirez un acteur vrai qui nous dévoile sans concession son enfance, ses amours et bien sûr les coulisses de son métier d’acteur.

Au fil de la lecture, l’auteur nous fait rentrer dans l’intimité du métier d’acteur, celui que le spectateur ignore. Comme le jour où un grand directeur de casting lui dit clairement que s’il n’accepte pas de «coucher», il n’obtiendra pas de rôle, ou bien celle du réalisateur d’ André Téchiné «perturbé» par le charisme de l’acteur qui ignorera ses avances…

Je n’ai pas oublié ses encouragements il y a quelques années par l’intermédiaire des réseaux sociaux, un homme qui respire la sincérité et la gentillesse, comme un autre homme à qui je fais un clin d’œil la haut dans le ciel, le regretté Laurent Violet.

 

un grand merci à Nico’s Lancelevée