Région AURA : Les inquiétudes des Socialistes sur la campagne de test lancée sans concertation préalable avec les services de l’État

Communiqué de presse de Johann Cesa, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, concernant la campagne "massive" de test lancée par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Communiqué de presse de Johann Cesa, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes, concernant la campagne « massive » de test lancée par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

.
Étant membre de la commission santé de la Région AURA, j’ai directement interpellé le VP à la Santé, M. Yannick Neuder, concernant les objectifs initiaux fixés par le président : 1.000 centres de dépistage, 10.000 volontaires, 4 millions de personnes testées… La majorité régionale a revu considérablement à la baisse ses objectifs : 1 million maxi de personnes testées, 500 centres, 2.000 volontaires.
.
Par ailleurs, le président de Région exerce une grosse pression pour que soit installé un centre de dépistage dans une galerie marchande d’un centre commercial d’une commune péri-urbaine de Saint-Étienne. Refus pour le moment de la direction du magasin et du maire de la commune concernée.
.
Mais à quoi joue Laurent Wauquiez ? En pleine opération de communication à Saint-Étienne aujourd’hui pour le lancement de la campagne de tests massive, j’exprime mes vives inquiétudes sur cette campagne de test lancée à la hussarde, sans concertation préalable avec les services de l’État responsables de la gestion de l’épidémie. Partout, des responsables de laboratoires, professionnels de santé, communes, élus, s’interrogent sur le bien-fondé de cette campagne et se mettent en retrait de l’opération dont les risques pour la population ne sont pas neutres.
.
En effet, l’inquiétude grandie autour de cette campagne dont les contours sont encore flous. Tester des personnes sans prévoir de solutions pour les isoler, est-ce raisonnable et efficace ? Mobiliser des personnels soignants et de secours déjà sous tension, est-ce raisonnable et efficace ? Utiliser pour la population des tests antigéniques qui peuvent s’avérer faux et donner un faux sentiment de sécurité, est-ce raisonnable et efficace ? Privilégier les zones à fort flux de population pour maximiser le nombre de personnes testées au risque de créer du brassage, est-ce raisonnable et efficace ?
.

En commission le 4 décembre dernier, j’ai interrogé directement M. Yannick NEUDER, Vice-président délégué à la santé, sur les objectifs fixés par le Président de Région. En réponse, il m’a indiqué que l’objectif de 4 millions de personnes testées ne pourra pas être atteinte, mais seulement entre 500.000 et 1 million de personnes. Par ailleurs, le nombre de centres de dépistage et des personnes mobilisées ne seraient pas à la hauteur des attentes.

Monsieur NEUDER a même affirmé que la moitié des personnes testées positives ne respectent pas l’isolement, ce qui rend complètement caduque cette stratégie.
Dans tous les départements, la mise en œuvre de cette campagne de tests rencontre de fortes réticences. Dans la Loire, la commune de Charlieu ne participera pas à cette action, considérant que les dispositifs de dépistage déjà présents sur le territoire suffisent, que les tests antigéniques ne sont pas suffisamment fiables et risquent de donner un faux sentiment de sécurité aux personnes dépistées.

Le laboratoire Bouvier à Roanne a également exprimé ses réserves quant à ces tests rapides qui seront utilisés à mauvais escient sur des personnes asymptomatiques. Enfin, nous avons été informés de la forte pression de Laurent Wauquiez sur les dirigeants de centres commerciaux qui refusent d’installer un centre de dépistage dans leurs locaux, essentiels pour garantir un maximum de tests.

Bref, la débauche de moyens mis en œuvre par la Région pour le caprice de Monsieur Wauquiez ne peut pas constituer une politique de santé publique efficace. Mise en œuvre dans la précipitation et sans concertation préalable ni moyens alloués à ceux qui devront organiser les tests sur place, cette stratégie est risquée pour la population régionale qui abordera les fêtes de fin d’année avec l’illusion d’être protégée. C’est peut-être là la plus grosse faute politique du mandat de Laurent Wauquiez.

Johann CESA
Conseiller régional du groupe Socialiste et Démocrate