Partager cet article :

Quentin Bataillon a adressé sa lettre de démission du conseil municipal de Feurs à Monsieur Jean-Pierre TAITE Maire de Feurs et Vice-Président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Il nous a autorisé à la rendre publique. 

Monsieur le maire,

Vous avez déclaré, à l’antenne de France Bleu Saint-Étienne Loire le 1er décembre dernier, que le candidat d’extrême-droite “Éric ZEMMOUR dénonce des choses qui sont vraies.” Cette citation n’est pas anodine. Par celle-ci, vous cautionnez donc la confusion entre Philippe PETAIN et Charles DE GAULLE, ainsi que toutes les informations fausses, racistes et réactionnaires qui fondent les bases de l’idéologie de ce candidat.

Quel effroi d’entendre ceci de la bouche d’un élu qui s’est toujours présenté comme républicain, humaniste, modéré et fidèle aux valeurs de son ancien parti de centre-droit (U.D.F.).

Depuis de trop nombreux mois déjà, nous assistons à la radicalisation de votre discours.

Par fidélité, pensant qu’après la période des dernières élections vous reviendriez à la ligne qui m’avait incité à m’engager pour vous et avec vous durant douze ans, je me suis abstenu de toute critique. J’ai préféré pendant cette période prendre du champ par rapport à mon engagement municipal.

Aujourd’hui, je ne peux pas cautionner, ni être l’otage silencieux de propos aussi graves. Compte tenu de votre évolution idéologique récente et des méthodes qui l’accompagnent, il ne serait pas honnête pour moi de rester dans votre majorité et, par respect pour votre personne et la relation de proximité qui fut la nôtre, je ne me vois pas siéger sur les bancs de votre opposition.

Après mûre réflexion, c’est le cœur lourd que je vous communique donc ma démission des mandats de conseiller municipal de Feurs ainsi que de vice-président de votre association de soutien “Feurs, Aujourd’hui, Demain”. Pour le premier, je vous prie de bien vouloir en informer Madame la Préfète de la Loire.

Par respect et par affection pour les élus et les agents municipaux qui vous entourent, que je connais et qui me connaissent depuis si longtemps, je ne ferai aucune autre communication publique au sujet de cette démission. Je les remercie pour tout ce que nous avons construit ensemble et je leurs souhaite, à tous, une belle continuation.

Ce n’est pas sans émotion que se termine, en ces termes, mon engagement au service des Foréziennes et des Foréziens, débuté il y a aujourd’hui dix-huit ans, au sein du conseil municipal des jeunes.