Partager cet article :

Novembre sans tabac.
Depuis plusieurs années, l’opération « novembre sans tabac » porte ses fruits. Malgré la pandémie,n elle reste programmée cette année. Son impact n’a pas échappé à Jordan da Silva, maire de Villars. Il vient de délimiter des espaces sans tabac à proximité des écoles et des structures petite enfance de sa commune. Cette opération est menée en partenariat avec la Ligue contre le cancer. A compter de ce jour, 1 novembre, il est interdit de fumer aux abords des sept écoles, deux crèches et de la maison de l’enfance.

Gérard Lindeperg prend la plume.
Ancien député de la Loire, ancien conseiller régional, Gérard Lindeperg fut un des plus proches compagnons de route de Michel Rocard dont il fut le conseiller spécial et un des animateurs de son courant au sein du PS. L’ancien élu a aussi occupé d’importantes fonctions à la fondation Jaurès.

Il vient de publier aux éditions de l’Aube « Avec la Loire« , un livre sur son engagement politique dans son département d’adoption. Avec force détails, il nous fait partager ses aventures politiques ligériennes de candidat malheureux à la mairie de Saint-Etienne et de seul parlementaire socialiste de la Loire dans une époque bien difficile pour son parti. Au delà de son engagement personnel, l’auteur nous parle du personnel politique ligérien avec franchise et sans langue de bois. Pour les passionnés d’histoire politique contemporaine.

 

Quand le Monde étrille Gaël Perdriau.

Ce week-end, le quotidien national, le Monde, publie un article sévère sur le positionnement ou l’absence de positionnement politique du maire de Saint-Etienne. L’auteur de l’article part du 9 avril dernier alors que le maire de Saint-Etienne se déchaîne avec violence contre Emmanuel Macron dans les colonnes du site de droite, Atlantico.

En multipliant les critiques souvent infondées, l’homme s’est fait de nombreux ennemis et crée des incompréhensions. Interrogé par le journaliste, l’ancien député socialiste, Jean-Louis Gagnaire, qui avait appelé à voter Perdriau au second tour des municipales, déplore  » ces polémiques à tout prix ». Un autre de ses soutiens, Thierry Bacher, aujourd’hui délégué AGIR pour Saint-Etienne, déplore « des accents populistes » et « une désobéissance civile ».

Quant au docteur Patrice Michaud, 5è adjoint , il dit, sur son Facebook, ne pas trouver correcte la critique constante contre l’action gouvernementale sur la Covid19.