Processus de paix et de reconnaissance du Haut-Karabakh, Jean-Michel MIS a voté pour la proposition de résolution sur la protection du peuple Arménien

Parce qu’il est de notre devoir de mobiliser tous les outils parlementaires à notre disposition, parce que mon engagement demeure le même depuis le premier jour du conflit : œuvrer pour la paix en Artsakh et l’amitié entre les peuples

Parce qu’il est urgent de mettre en œuvre un processus de paix et de reconnaissance du Haut-Karabakh, Jean-Michel MIS a voté pour la proposition de résolution sur la protection du peuple Arménien
et des communautés chrétiennes d’Europe et d’Orient

 

Dans la continuité de son engagement plein et entier aux côtés des Arméniens du Haut-Karabakh, et à la suite de son déplacement pendant le conflit, en Arménie, Jean-Michel MIS, a souhaité, aujourd’hui, voter pour la proposition de résolution, déposée par le groupe Les Républicains à l’Assemblée Nationale, sur la protection du peuple Arménien et des communautés chrétiennes d’Europe et d’Orient.

Cette proposition de résolution « affirme l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit garantissant la sécurité durable des populations civiles affectées et la mise en œuvre d’un processus de paix et de reconnaissance du HautKarabakh. »

Même si ce texte n’est pas parfait, qu’il n’a pas pu être amendé et que le jeu du calendrier rend impossible la discussion de la propre résolution que le groupe LREM a déposé -on ne peut étudier une proposition qui porte sur le même sujet au cours d’une même session ordinaire – Jean Michel MIS a souhaité s’inscrire dans une démarche transpartisane en soutien aux Arméniens, en soutien aux valeurs démocratiques que nous partageons et par respect au droit à l’autodétermination des peuples de la Charte des Nations unies.

Ce texte envoie un signal fort de la représentation nationale française, en soutien au peuple Arménien.

Dès le début du conflit, le Président de la République a été le premier dirigeant occidental à dénoncer l’agression venant de l’Azerbaïdjan, à dénoncer l’ingérence de la Turquie, à dénoncer le recours à des djihadistes venus de Syrie.

Depuis le cessez-le feu, la France apporte un soutien humanitaire massif en direction de l’Arménie et plaide en faveur de la protection du patrimoine chrétien au Haut-Karabakh à travers l’UNESCO et l’ALIPH.

La France continuera à jouer son rôle au sein des instances mondiales et européennes, notamment au sein du groupe de Minsk pour une reprise indispensable des négociations.

 « Parce qu’il est de notre devoir de mobiliser tous les outils parlementaires à notre disposition, parce que mon engagement demeure le même depuis le premier jour du conflit : œuvrer pour la paix en Artsakh et l’amitié entre les peuples, défendre nos valeurs communes que sont les Droits de l’homme et les libertés fondamentales, j’ai voté pour la résolution sur la protection du peuple Arménien  et des communautés chrétiennes d’Europe et d’Orient. »

 

L’Assemblée nationale a adopté à 188 voix contre 3 cette résolution