Pour Pierrick Courbon, principal opposant, M. Perdriau semble vouloir jouer la stratégie du pourrissement

Sextape stéphanoise.
Déjà deux mois !
Le scandale au chantage intime affecte tellement la vie publique locale qu’on a l’impression que cette affaire lamentable dure depuis un semestre. Or, le scandale a éclaté il y a deux mois aujourd’hui lors des premières révélations de Médiapart.

Depuis, cette affaire a fait la Une des médias locaux, de la presse nationale tous supports confondus et de plusieurs quotidiens européens. Très attaché à son image, Gaël Perdriau a au moins enregistré un succès médiatique qui n’est pas dû à son service de presse. Depuis ces deux mois, la crise impacte toujours le quotidien des élus et des salariés de la ville de Saint-Etienne et de sa métropole. Mais, Gaël Perdriau reste droit dans ses bottes comme nous l’a dit un de ses proches . Alors que le scandale fait l’objet de toutes les conversations bien au-delà de Saint-Etienne, l’élu , en principe en retrait, continue à tout diriger. Pour Pierrick Courbon, son principal opposant, M. Perdriau semble vouloir jouer la stratégie du pourrissement.

Pour l’heure, malgré quelques prises de parole, la majorité municipale reste soumise au chef bien que la boîte de Pandore soit ouverte et que les révélations succèdent aux révélations sur le système Perdriau. Et, ce n’est pas fini !

La majorité municipale stéphanoise et le numérique.
Dans la majorité municipale, on fait comme si de rien n’était. Comme on n’ a plus confiance en la presse, on surcommunique sur le moindre événement et on continue à « philosopher » comme du temps du sieur Gauttieri dont on attend avec impatience le nom du successeur.

Vu l’image désastreuse de Saint-Etienne depuis le 26 août, le recrutement pourrait avoir lieu en interne. Des noms circulent déjà dans le microcosme qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Et, on continue à se répandre dans les réseaux sociaux comme sur ce post Facebook de la majorité municipale intitulé « Vision sociétale ». Une telle tribune aurait pu être écrite par n’importe quel groupe politique de droite ou de gauche. Le texte invoque deux marqueurs sociétaux : mutualité et coopération.

Saint-Etienne est une ville cosmopolite qui a connu plusieurs vagues de migrants. Depuis 2014, la ville offre à ses habitants un cadre de vie agréable. Cette ville durable partage ses expériences. Prochainement, une rencontre de « la ville inclusive et durable » précède la création d’un conseil consultatif de l’inclusion. » pour lutter contre l’exclusion. Et de conclure ainsi : « c’est par le biais de cette phosphorescence collective que nous continuons Saint-Etienne comme une ville humaine, résiliente et durable » Émouvant, n’est-ce pas ?

Maurice Vincent pas tenté par les échéances électorales.
L’ancien sénateur-maire, ancien président de l’université Jean Monnet a récemment apporté son soutien au manifeste de l’ancien premier ministre, Bernard Cazeneuve. A cette occasion, il s’est félicité de l’intérêt apporté à ce texte par des militants et des citoyens de gauche.

Aujourd’hui retiré de la vie publique, il entend cependant contribuer avec deux militantes à la renaissance de la social-démocratie à la française. Pour lui, Bernard Cazeneuve contribue à redonner une nouvelle crédibilité à la gauche en mettant en avant des valeurs de défense de l’environnement, de justice sociale, de la place de l’Europe, de l’unité de la nation.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com