Pas de fautes lourdes pour le patron du cabinet du Maire, cela va encore coûter cher au contribuable

Quid du cabinet du maire.
Le directeur de cabinet du maire, Pierre Gauttieri, occupe une place centrale dans le système Perdriau. A l’occasion du conseil municipal du 26 septembre, un élu écologiste a signalé la présence du contractuel dans les murs de l’hôtel de ville. Celui-ci effectuerait son préavis et continuerait à animer des réunions. A une question d’un opposant, le maire LR a répliqué que cet employé ne sera pas licencié pour fautes lourdes.

Ce qui signifie qu’il va encore coûter cher au contribuable par le biais d’ indemnités. La conseillère municipale, Laetitia Copin n’a pas obtenu de précision sur sa question relative au cabinet. Dans son compte Twitter, elle indique que le cabinet coûte 260 000 euros par an aux citoyens. Pas de précision non plus sur les identités et les fonctions respectives de ces employés fantômes.

2. Et le Covid repart dans la Loire.
La crise de la mairie stéphanoise ne doit pas occulter le retour de la pandémie. Depuis la rentrée des classes, on observe une forte progression dans les départements de la Loire et de la Haute-Loire.
Fin août, la Loire comptait un taux d’incidence de 150 cas sur 100 000 habitants. On est aujourd’hui à 349 cas pour 100 000 habitants et la Haute-Loire nous dépasse avec 391 cas.

Pour l’agence régionale de santé et la préfecture, cette hausse s’expliquerait en partie par la rentrée scolaire et les brassages qui l’accompagnent. Les hospitalisations sont aussi en hausse avec 136 malades dans notre département. De nouveaux vaccins viennent d’être produits. Le port du masque est à nouveau recommandé pour les gens infectés par la Covid.

3. Une commune engagée pour l’environnement.
La commune pilatine de Véranne possède une parcelle de son territoire communal classée ORE, obligation réelle d’environnement. Il s’agit concrètement d’une accord signé entre le parc naturel régional du Pilat et l’association Robin des bois qui mène des années durables en matière de protection de la biodiversité pour les « 99 prochaines années ».

Ces actions portent sur la diversification des essences, la préservation des bois vivants ou morts, la création d’une « ripisylvie », et l’assurance d’un suivi photographique d e ces diverses actions complémentaires et expérimentales.

     Tous droits réservés © gillescharles.fr | Nous contacter : gillescharlesinfos@gmail.com