Ouverture des lits de Soins de Suite et de Réadaptation post opératoire COVID

Crise sanitaire, soutien à la mise en place d’un dispositif de soins de suite et de réadaptation.

  • communiqué de Julien Borowczyk, député de la Loire.
Ce communiqué concerne un dispositif de soins de suite et de réadaptation.

La situation sanitaire actuelle dans notre département est toujours rendue complexe par un taux d’incidence très élevé.

Afin de soulager les hôpitaux du Groupement Hospitalier de Territoire de la Loire, l’ARS, l’URPS, les ordres départementaux, des médecins, des infirmiers diplômés d’État, des pharmaciens et moi-même avons mis en place un dispositif innovant en 10 jours.

Nous ouvrons des lits de Soins de Suite et de Réadaptation post opératoire COVID afin de fluidifier l’aval de l’hospitalisation et ainsi libérer des places plus rapidement. Nous accompagnons les SSR en développant le lien ville/hôpital puisque ce seront des médecins et infirmiers libéraux qui travaillerons en appui dans ces structures.

L’établissement pilote sera le centre hospitalier Georges Claudinon au Chambon Feugerolles et je serai le premier professionnel de santé à inaugurer ce dispositif afin d’accueillir les premiers patients dès mardi 10/11.

Je remercie plus spécifiquement les Dr Janowiak (président CDOM 42) et Dr Frézet (URPS), le Dr Grall (directeur ARS AuRA), Mme Grataloup (directrice ARS 42) et M Martinat (directeur du CH Le Corbusier de Firminy dont dépend Claudinon) pour ce travail réalisé ensemble et très rapidement au bénéfice des patients et des soignants.

Partager cet article :

One thought on “Ouverture des lits de Soins de Suite et de Réadaptation post opératoire COVID

  1. Très bien. Mais il semblerait de plus en plus, que pour être soigné dans la Loire, il faut avoir le covid 19. Exemple d’un jeune de 34 ans, considéré comme tétraplégique. Accidenté de la route le 15/12/19, après coma, réa, post réa, toujours hospitalisé le 10/11, il a attendu presque 3 mois une place en rééducation (MPR). Au fur et à mesure des semaines, la rééduc s’est réduite à peau de chagrin: de moins en moins de médecin, kiné, ergo, etc… Maintenant, on le pousse vers la sortie alors qu’il n’a pas récupéré assez d’autonomie pour la maison (3 enfants de 7, 5 et 2 ans, une épouse qui travaille. Et ce, malgré la fermeture de l’hôpital de jour en raison du covid. Personne n’a le courage de dire que l’on choisit les patients: celui qui a eu le covid part tout de suite en rééduc. Mais on marche sur la tête!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *