OUI au déconfinement, mais NON à la gestion de la crise par le gouvernement

Communiqué de Jean-Claude TISSOT, Sénateur de la Loire, suite au vote sur le plan de déconfinement au Sénat.

Après avoir écouté le Premier ministre présenter la stratégie pour le déconfinement, nous avons, avec mes collègues du groupe socialiste et républicain, fait le choix de ne pas soutenir les choix et la méthode du gouvernement.

Cette crise sanitaire doublée d’une crise sociale et économique inédite provoque une très grande angoisse chez nos concitoyens. Je suis, comme une majorité de Français, favorable au déconfinement et à une reprise graduelle des activités du pays. Cependant, pour éviter tout risque d’une deuxième vague, le gouvernement doit apporter des garanties et faire preuve de clarté dans les orientations données.

L’absence de concertation avec les élus locaux conduira, si rien n’est fait, à l’échec de cette stratégie. Contraints de devoir appliquer des mesures mal préparées, les maires sont mis dans une situation intenable, sans aucun cadre juridique les protégeant. Alors qu’ils seront comptables de la réouverture progressive de l’école, les questionnements restent bien trop nombreux pour permettre une reprise sereine : les transports scolaires, la cantine et surtout les conditions de sécurité sanitaire. Le risque que fait courir un retour anticipé aux enseignants et aux élèves est trop grand. Il est urgent d’attendre pour que l’école ne devienne pas le creuset d’une nouvelle catastrophe sanitaire.

La question essentielle des masques a montré depuis le début les limites de la méthode du gouvernement qui n’a jamais été capable d’anticiper les besoins et qui ne semble pas aujourd’hui mieux armé. Il convient de rappeler la nécessité de la gratuité des moyens de protection pour un déconfinement réussi. De même, la question du manque de tests se pose et continuera de se poser dans les semaines voire les mois à venir.

La crise sociale dont le gouvernement, malgré de timides avancées, ne semble pas avoir pris la mesure, ne peut que s’aggraver et s’amplifier. Ainsi, le gouvernement doit revenir sur sa réforme de l’assurance chômage et proposer une loi d’urgence sociale pour empêcher qu’un grand nombre de Français ne tombe dans la pauvreté.

Enfin, le gouvernement doit clairement renoncer à son application numérique Stop Covid. L’estimation des bénéfices d’un éventuel traçage numérique est aujourd’hui encore très incertaine, alors que les risques envers la protection des données et le respect de la vie privée sont eux bien réels. Je continuerai de m’opposer, avec détermination, contre tout type d’outil mettant en cause nos libertés fondamentales.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *